Friday, April 13, 2012

French versus English Volume 52

FLQ terrorist joins radicalized student boycott 
For the casual observer, the student protest and boycott over the proposed increase in tuition fees is a homogenous and unified student front, determined to roll back the government decision.
But the reality is not that simple, there are various student associations representing different groups of students from university and cegep.
The most radical and militant of all these groups is the  Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ),  an association of radical leftist students closely associated with the union movement.
One of the group's tenets is this pearl, which sort of says it all;

ASS?
"For labor solidarity with all progressive international struggles for the betterment of society"

The group is not only against the tuition increase, but actually demands free education and increased financial support, with the ultimate goal of eliminating all student loans and debt.
Of course, ASSE is against Globalization, Big business, etc. etc.

Much to the consternation of other peaceful student groups who seek to gain public sympathy through peaceful demonstrations, the ASSEholes have no compunction using deliberately disrupting tactics, such as the blocking of bridges, roads and buildings, with the express idea of making life difficult for the general public. The group views its actions as an ongoing battle against the establishment and makes no apologies for their unpopular actions.

This last week, ASSE held a rally at which ex-FLQ terrorist, Paul Rose gave a speech in solidarity.
Readers well remember that Mr. Rose was convicted of kidnapping and murder of a Quebec cabinet minister, Pierre Laporte,  during the 'October Crisis'  back in 1970, along with other terrorist cell members. He was released on parole in 1980.
As you can imagine, his speech made many people uncomfortable and the appropriateness of his presence was openly questioned by several in the media.
Doing damage control, ASSE leaders told the media that the meeting was open to all and that they hadn't invited Mr. Rose to speak.
That being said, the official ASSE Twitter feed, made note of his appearance and proudly tweeted a picture of him speaking. Link{Fr}

Incidentally, the boycott of classes has become a French only affair as all English Cegep and University student associations have given up an official boycott, although some hotheads are trying to stop students from taking exams.

I remain dumbfounded that students in the French system are actually okay with putting their school year at risk.
To me, they remain stupider than wood, as a lost year would cost more than the whole tuition increase, as well as a lost six months.

It seems that for these French students, it remains a question of principal, while for English students it is a case of principle + interest!

Quebec to pay for immigrants to learn English
"The province continues to encourage immigrants to learn French but there are reports the Quebec government may soon offer immigrants “choice.”

New arrivals to the province may soon be able to learn English.

Quebec's largest public-sector union argues that would contravene the law stipulating sessions can only be offered in French but the government says the move is in the interest of speedy integration.

All immigrants know they need to speak French and Kathleen Weil, Quebec Minister of Immigration and Cultural Communities, has choice words for those criticizing her government's employment measures.


“You can't start discriminating against new immigrants because they're francophone and you say well I'm afraid if you learn a little English suddenly you're going to become Anglophone,” she says. “It's absolutely insane to argue that.” 
LINK 

Quebec public service union gets political
"According to documents obtained by the Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), the Department of Immigration and Cultural Communities is about to provide newcomers with orientation sessions in English and Spanish.

The sessions,
lasting three hours, are currently offered in French by the department and allows immigrants to become familiar with their new host society.
Private classes are
offered in other languages​​, but only on request.

The
Regional Vice President of SFPQ for Montreal and Laval, Jean-Francois Sylvestre, indicates that the department intends to appeal to organizations contracted to deliver these new sessions in three languages​​, by the
summer. Link {Fr}


Francophone players set to bomb in NHL draft
With all the endless discussions on TSN and RDS over the 2012 NHL draft, few commentators are willing to discuss the obvious, the disastrous situation in relation to Francophone players in the draft.
Out of the top 50 prospects playing in North American junior leagues, there is not one Francophone and only one Quebecker.
To boot, that Quebecer is Michael Matheson, an anglophone from Pointe Claire who is ranked 30th.

The Quebec Major Junior Hockey league lists just three players in the Top 50,  two Russians and a Czech.
The Ontario Hockey leagues  boasts 20 players and the Western Hockey League contributes 13 names to the Top 50 list.  Link

Nasty sportswriter bids good riddance to Cunneyworth
My least favorite sportswriter, the ever nasty anglophobe, Rejean Tremblay has struck again.
In a full page article in le Journal de Montreal he advises Quebecers not to feel bad or sorry about Randy Cunneyworth being run out of town over his lack of English.

GOOD LUCK--Somewhere Else!

He complained that Cunneyworth played the sympathy card to the hilt and that Quebecers shouldn't fall for his act.
"Bob Gainey and Pierre Gauthier ransacked the very institution that is the Montreal Canadiens. They proceeded to voluntarily eradicate French among the players and leaders. Probably for reasons of control....
....Saku Koivu insulted 80% of the population of Quebec. And the message to all of North America was loud and clear: 'We don't give a shit! "
Koivu and Brian Gionta  have opened the door to the hiring of unilingual English vice presidents at the Caisse and other large institutions in Quebec. If we accept that the captain of "our" Canadiens remains a unilingual Anglophone, we will accept it everywhere and that's what almost happened."
Nothing like mixing Quebec politics and sports...

In a typical two-faced argument Tremblay told readers that Cunneyworth didn't deserve to remain based on his record. He reminded readers that when Cunneyworth took over the team, they were two points out of the playoffs and finished dead last.  Link{Fr}

Why two-faced?
Because even if Cunneyworth won the Stanley cup, Tremblay would still demand his firing.

Remember Al MacNeil?
In  1971 he was removed as coach of the Canadiens after winning the Stanley Cup because the unilingually English coach was thought to be unable to get along with Francophone players. Link{Fr}

Ontario MPP proposes more power for language commissioner

"For the second year in a row, an Ontario NDP MPP has a bill in the House to increase the powers of the French Language Commissioner. Bill 193 last year did not make it past first reading, Bill 49 this year was introduced March 20 but both are very similar. They want to increase the power of the Commissioner to provide annual reports, special reports anytime with recommendations for improving the provision of French language services.Naturally, L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario is in support of this, however receiving the vast amount of funding from the government the way that group does, should make one question the need for this bill and politics involved." Read more

Quebecers remain Canada's biggest cheapskates
"Quebecers have maintained their position as the least generous Canadians when it comes to charitable donations and time donated through volunteering.

"Across the country, it remains a constant, we rank dead last in terms of average donation:  

$208, less than half the national average of $446..
And let no one say this is a matter of wealth: New Brunswick, which is not deemed to be particularly wealthy, the average is $380...."

On Volunteerism;
 "No. Here too, we are dead last in the country.  
A lower rate of volunteers, who give fewer hours on average than the others: 128 compared to the national average of 156....Link{Fr}

Unilingual English immigration commissioners come under fire.
"The federal government came under fire Wednesday for appointing more unilingual anglophones - this time at the Montreal and Ottawa offices of the Immigration and Refugee Board of Canada.
Montreal newspaper La Presse reported two recently minted commissioners in Montreal and one in Ottawa who don't speak French." Link

Of course the usual complainers like Yves-François Blanchet of the PQ and  Sadia Groguhé of the Ndp, both lambasted Ottawa for this outrageous slight, but the Minister in charge, Jason Kenny was having none of it, reminding those who complained that there are unilingual French commissioners as well and that immigrants had the right to a hearing in either official languages.
Only 2 out of the 32 of the commissioners in Montreal are unilingually English, while 5 are unilingually French. Link{Fr}

Why a unilingually English commissioner in Ottawa is an outrage, while a unilingually French commissioner in Montreal is fine, remains an unanswered question.

In a related story, La Presse noted that the English commissioners who hear refugee claims were less generous than their Francophone colleagues, granting asylum in about 18% of the cases, less than half the rate of the Francophones. Link{Fr}

Quebecor to Francize its name
"Quebecor Inc., the French-language media giant, has decided it isn’t quite French enough.
The owner of the TVA television network and cable company Vidéotron will make a formal proposal to shareholders at its May 9 annual meeting to add a French version of the corporation’s name for use in its home province. From now on, it’ll be Québecor, with an acute accent."
Quebecor Chief Executive Officer Pierre Karl Péladeau began reflecting on changing the name last fall, company vice-president Serge Sasseville said Monday.
“He has a big concern for the protection of  the French language in Quebec,” Mr. Sasseville said, adding that Quebecor is an “important actor” in Quebec’s cultural sector that promotes French-speaking artists and programming. “We accordingly judged that it was important that we use a French version of our name in Quebec.”  Link


Adbul Butt Strikes again.



Please visit his YouTube channel for more fun.

Please have a great weekend and if you have story ideas, please send me an email!

Further reading:

184 comments:

  1. To Yves-François Blanchet, Sadia "Sadist" Groguhé and idolators of this ilk: Mange vos merdes lentement et avec soin!

    French enhancements in MY Ontario? When pigs could fly!

    Re the anti-Semitic Pelladodos and Quebecor: Shouldn't that be «Québécor»? Sort of like Québécois and an SAQ wine made with Spanish grapes that stopped being sold about 15 years ago called Québérac? Too bad about the wine. It was a pleasant semi-dry white wine.

    English-only immigration officials? Bravo!

    Réjean Tremblay: Va te faire foutre et manges ta merde lentement et avec soin!

    Striking students? So you'll lose your year with a strike? Crétins! Their tuition fees, texts, etc. will be pissed against a wall and the extra year will double the costs + another $325 in tuitions to boot.

    Free education? Oh, surrrrre you can do this? The Quebec deficit is already at ¼ TRILLION; what's another ¼ trillion to the taxpayer? For university students, these are even worse imbeciles than those who can't complete high school because they should know that much better!

    To my seppie detractors: Have another doughnut!

    God bless my Ontario!

    ReplyDelete
    Replies
    1. "French enhancements in ­MY Ontario? When pigs could fly!"
      "English-only immigration officials? Bravo!"

      Ce qui m'étonne n'est pas que vous soyez aussi peu ouvert d'esprit, mais que vous en soyez si fier.

      Vous devriez partir votre propre groupe de know-nothings en Ontario. Votre slogan: "I know nothing but my Ontario, my whole Ontario, and nothing but my Ontario."

      Delete
    2. And God bless Our New PROVINCE CANADIENNE DE MONTRÉAL!!

      There's no commonsensical solution since the racist continue to war on our Country,

      CANADA!!

      Delete
    3. "Shouldn't that be «Québécor»?"

      Pas vraiment, je pense que c'est une fusion des mots Québec et or. En anglais ça devrait être Quebecgold mais ils ont choisi un jeu de mot avec Quebecer. Du moins, c'est ma théorie sur l'origine de ce nom.

      Delete
    4. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
    5. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
    6. Gilles Duceppe continuera de recevoir son chèque du gouvernement canadien avec un gros montant dessus.
      Vous risquez de l'attendre longtemps son procès pour trahison.

      Delete
    7. "French enhancements in MY Ontario? When pigs could fly!"

      Nous avons déjà une école d'aviation en ontario,nous pourrions vous donner une formation pour pas trop cher.

      Delete
    8. 1st of 2:

      Yannick, how can I be a "know-nothing" (and I clicked onto the portal link - interesting!)? I was born, raised and educated in Quebec, so that makes me a "know-all"!!!

      As I've written on this blog before, my late mother MSRIP, used to tell me there is no perfection anywhere. This is true, but Ontario is much closer to it than Quebec will ever be. Quebec is the home of organized crime, a very corrupt construction industry (with organized crime in the mix), the hangover of the Roman Catholic church that screwed the B'Jesus out of its parishioners (the French speaking ones anyway), and politicians who I think collaborated with the Church to keep the French folk in line (i.e., ignorant, pregnant and poor). Quebec has the highest rate of suicide in Canada, the most denture wearers, the most smokers and the most obese people. Not good statistics. A half century after the Quiet Revolution Quebec society is still very dependent (on government) with a very false sense of entitlements. The Greeks lived that way and look how they're doing now!

      Delete
    9. 2nd of 2:

      GensDenis: Who are the racists as you see it? I see it as the Bill 101 culture. Bill 101 became the bible of those who emancipated from the tyranny of the Roman Catholic church to become the racist tyrants of their own society. Bill 101 was written very carefully so as not to face outright rebuke, but constructive rebuke instead, with section by section facing Supreme Court repeals due to unconstitutionality. The Editor cogently pointed out that with each repeal, it gave the separatists ammunition to slip in a constant supply of "I told you so's!"

      What unshakeably convinces me this is EXACTLY what the Francophone society wants is that the so-called federalist politicians in Quebec are walking down the path beaten by the separatists. They won't change a comma of Bill 101, they won't let up at all on the overt racist rhetoric against anything not Québécois «pur laine», and all political parties in Quebec do their darndest to appeal to that nationalist streak that manifests in recreant Franco Quebeckers. They're all reprehensible Bill 101 enforcers, and appealing to that nationalist slant has become the pasttime of politicians of every stripe in Quebec. Quite the reprehensible prospect!

      Abrasif 404: Don't you mean an aviation school in Quebec on the South Shore of Montreal? Don't get me wrong. Given my drathers, I'm fine with Franco Ontarians getting full services of the Ontario government in French, but I don't see why I, an Ontario taxpayer who represents the 96% of the Ontario population who is not mother tongued in French, should have to pay for it when the Quebec government is ridding itself piecemeal of services in English. The CSST won't address you in English if you live in Quebec, but will if you live outside Quebec. It's the very least they can do. Now RAMQ is out to not serve new immigrants to Quebec in English after one year since landing. Does this mean they're going to keep a record of immigrants, their landing dates and other ridiculous information? Will non-French speaking long-time residents of Quebec still get their services in English?

      When I was a kid in the mid-70s and went for my driver's license at the License Bureau on Boul. des Laurentides in Vimont, Laval, do you think they wouldn't speak to me in French despite seeing all my documents were in English? They'd finally switch to English when they saw what they said to me just went through me or they wouldn't get answers to their questions, but I could sure feel the hostilities in their verbal inflections and the glint in their eyes! All this and a whole lot more convinced me in my adolescent years that Quebec was not for me.

      Sadly, Abrasif 404, it is all this that puts me in a vindictive mood wondering why the rest of us should accommodate French when Quebec took a stand against everything English. Do the math: 340 million English speakers in North America vs about 7 million in French. Oh, and don't even TRY to tell me about protecting the French language. Aside from one Lord Durham yahoo about a quarter millennium ago who attempted to assimilate French, he failed miserably because the population refused then to assimilate, and they're more determined now not to assimilate. It is for this reason that French in Quebec and the surrounding areas is not in danger, French was never in danger and there is nothing to indicate it will ever be in danger.

      Delete
    10. @ Mr. Sauga
      "the most obese people. Not good statistics."

      That's not even true. You want statistics? Look at this, from the Canadian government while you have no source at all to back up what you're saying:

      http://www.phac-aspc.gc.ca/hp-ps/hl-mvs/oic-oac/assets/gfx/fig-4-l-eng.jpg

      All of Canada is more obese than Quebec except for British Columbia, the same British Columbia that has by far the highest percentage of Chinese Canadians, who are not known to be obese so this could explain it.

      And Lord Durham wasn't 250 years ago. 1839 wasn't a quarter millennium ago.
      From now on I will not take any stats or historical facts you say seriously.

      Delete
    11. "French was never in danger"

      Où sont mes frères de l'Île-du-Prince Édouard et de Nouvelle-Écosse, M. Saugua? Vous ne pouvez pas utiliser le fait que ceux qui ont survécu l'assimilation se sont battus comme des démons pour nous dire que le danger n'a jamais existé. Il n'est que trop réel.

      Delete
  2. Pourquoi les Québecois sont-ils si pourris au Hockey? Pourtant il était un temps où ils étaient parmi les meilleurs de la ligue Nationale...

    Qu'est-ce qui est arrivé depuis?

    ReplyDelete
    Replies
    1. C'est politique. Maurice Richard et les autres étaient motivés à performer pour tenir tête aux anglos francophobes et une équipe du Canadien avec beaucoup de Canadiens-français (c'est pour ça que l'équipe a été nomée les Canadiens après tout) était une source de fierté. Alors les anglos-fédéralistes ont dispersé les joueurs Québécois un peu partout dans la ligue et ils ont le cerveau lavé.

      Delete
    2. @AnonymousApr 13, 2012 05:11 AM

      Get a grip! If you really want to know who's got their brain washed, just look in a mirror!

      Delete
    3. La dernière coupe Stanley gagnée par le Canadien en 1993 avec plus de la moitié des joueurs étant francophones. Depuis ce temps, les anglo-fédéralistes (qui n'aiment pas ce symbole de fierté québécoise) ont procédé à l'anglicisation de l'équipe et aujourd'hui on se retrouve avec une équipe quasiment totalement non-francophone et qui performe très mal. On nous a laver le cerveau en nous disant que c'était plus important la performance des joueurs que leur langue. Alors pourquoi cette mauvaise performance des Canadiens ou plutôt des Canadians? Il y a plusieurs autres équipes qui ont plus de joueurs francophones que Montréal et elles performent mieux.

      Delete
    4. http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Stanley_Cup_champions
      Year Winning team Coach Losing team Coach Games Winning goal
      2011 Boston Bruins (EC) Claude Julien Vancouver Canucks (WC) Alain Vigneault 4–3 Patrice Bergeron (14:37, first)

      Coach Franco-Ontarien vs coach Québécois, but de la victoire par un Québécois.

      Et ensuite l'histoire de Montréal et de son coach unilingue anglophone.

      C'est quand même bizarre que Montréal a de la misère à avoir plus de francos. Il y a dans la ligue assez de joueurs francophones pour avoir deux équipes au Québec et il en resterait encore pour jouer dans d'autres équipes.

      Vivement le retour des Nordiques.

      Delete
    5. "...qui performe très mal"

      Des ostie de losers oui...Vive le retour de notre équipe National,une vraie!

      Delete
  3. "English commissioners who hear refugee claims were less generous than their Francophone colleagues"

    But... I don't understand. I thought Anglophones were more tolerant and open to multiculturalism?
    Were we told lies?

    ReplyDelete
    Replies
    1. You were told lies. And you were stupid enough to believe them.

      Do you really believe that that the language someone speaks determines if someone is more tolerant and open to multiculturalism? Do you really? How simple minded are you? My God, I suppose if I told you that people with blue eyes were more intelligent than people with brown eyes you'd believe that too.

      Try being rational - for once.

      Delete
  4. This comment has been removed by a blog administrator.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ah crotte ! J'ai oublié Bernard Landry, notre chef qui gouverna de 2001 à 2003.

      J'ai trop honte. J'espère que l'aile armée du Parti Québécois ne m'arrêtera pas :(

      Delete
    2. Au risque d'être envoyé dans un camp de francisation et de rééducation dans le nord, je me dois d'utiliser un peu d'anglais pour exprimer ma joie:

      PAULINE FOR THE WIN

      Delete
    3. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
    4. PAULINE FOR THE WHINE!

      Delete
    5. Non, il faut que ça rime.

      PAULINE POUR LE OUINNE

      C'est bien comme francisation de mot, il y a même le mot oui dans ouinne et j'aime bien le mot oui.

      Delete
    6. La francisation de l'ontario?Pourquoi pas?Les ontariens ont le droit eux aussi à la culture.
      Première cible : Mississauga.Son grand concours de tartes annuel a besoin d'être revampé.

      Delete
    7. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
    8. OQLF: They have pie eating contests in Mississauga? Where? I've lived here many, many years and I've never heard of one! They mystery is, how do YOU know about such contests?

      Delete
  5. Editor, thank you for posting the Abdul Butt video. This guy does two great things:

    1) He exposes just how out of touch the nationalist language zealots in this province are.

    2) He shows how the average citizen in Quebec doesn't give a rat's ass about Anglicization.

    Good for him...and he's funny to boot!

    ReplyDelete
    Replies
    1. "He shows how the average citizen in Quebec doesn't give a rat's ass about Anglicization."

      Sondage - Le français à Montréal: 90 % des francophones sont inquiets
      http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/256166/sondage-le-francais-a-montreal-90-des-francophones-sont-inquiets

      Delete
  6. "Out of the top 50 prospects playing in North American junior leagues, there is not one Francophone"

    Well technically there is one it seems since I doubt #17 Stefan Matteau doesn't have French as a native language after reading this:
    http://fr.canoe.ca/sports/nouvelles/hockey/lhjmq/archives/2012/01/20120110-204852.html
    His father is a Francophone, his mother probably is too and he appears to have lived in Quebec.

    ReplyDelete
  7. This comment has been removed by a blog administrator.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ignare, va! Il fait parti de la minorité historique anglaise. C'est vraiment pas drôle, l'anglais est en danger, surtout parlé par une population âgée qui ont vu leurs enfants s'exiler en Ontario. Abdul et sa famille sont ici depuis 250 ans et les anglophones sont tous bilingues. Son français est excellent tandis que toi tu peux probablement même pas dire hot dog.

      Delete
    2. "Il fait parti de la minorité historique anglaise"

      Ha ok...Je comprend maintenant...

      Delete
    3. "Abdul et sa famille sont ici depuis 250 ans..."

      250 ans?Tous encore vivants?Wow!Bonjour les frais reliés aux soins de santé...

      Delete
    4. Ce type me fait penser à Sugar Sammi. On sent qu'il n'aime pas les Québécois.

      Delete
    5. Ce type me fait penser à Sugar Sammi.

      À quand le duo Sugar-Butt?

      Delete
  8. "I'm a bilingual anglophone born and raised in Quebec" - Abdul Butt

    "Uh-ray [arrêt]" - Abdul Butt

    "My parents are allophones born and raised in Allophonia. You separatists want to destroy my country." - Abdul Butt, the secret tapes

    ReplyDelete
    Replies
    1. Question: si nous sommes tous immigrants comme répète surtout les immigrants et que le fait d'être ici depuis des siècles ou pas ne donne pas plus de droits, pourquoi des phrases comme "born and raised in Quebec" reviennent souvent? Pourquoi ils insistent là-dessus dès qu'ils sont la première génération de leur famille née ici si c'est pas important?

      Derrière chaque anglophone qui insiste pour rappeler que sa famille est ici depuis longtemps, il y a 5 immigrants anglophiles, 11 enfants d'immigrants anglicisés et 3 anglophones d'autres provinces qui viennent d'emmenager à Montréal parce qu'il trouve ça "hip" qui demandent tous les mêmes droits au service en anglais que la loi 101 avait prévu pour ce qui est décrit comme la minorité historique anglophone.

      Delete
    2. Hâte aux prochaines élections.Un grand ménage du printemps s'impose car il y a quelque chose qui pue au royaume du Québec.

      Delete
    3. > pourquoi des phrases comme "born and raised in Quebec" reviennent souvent?

      Çà, ça me dérangeait moi aussi avant que je finisse par constater que bon nombre d'anglophones en Amérique du Nord ont tendance de faire ça. Peut-être serait-ce dû à la tendance qu'ont certains anglos nord-américains à se déplacer d'un endroit à l'autre et à faire leur vie dans un lieu/état différent de celui dans lequel ils sont nés.

      Anecdote: il y a une semaine, j'animais un congrès à Montréal de gens venant des États-Unis (nouveaux partenaires et anciens). Lorsque je faisais le tour de la salle (pour que chacun puisse s'introduire un à un au groupe), je dirais que les 3/4 des intervenants ont commencé avec une formule qui ressemble à "I'm originally from _____ / I'm currently based out of ________", interchangeant parfois l'ordre (quelle variété!).

      Lorsqu'on m'a demandé d'où je venais, j'ai répondu "Montreal"... Bon nombre d'entre eux sont venus par la suite me demander comment ça se faisait que je parlais anglais avec un accent américain "impeccable". Certains d'entre eux m'en ont même d'ailleurs félicité, ce qui ne cesse jamais de m'étonner. "Born and raised in Montreal?!" m'ont demandé deux d'entre eux, incrédules.

      "Yup".

      J'en conclus qu'il s'agit d'une différence culturelle qui s'explique par une mobilité qui caractérise leur milieu beaucoup plus que le nôtre, tout simplement.

      Delete
    4. > Derrière chaque anglophone qui insiste pour rappeler que sa famille est ici depuis longtemps, il y a 5 immigrants anglophiles, 11 enfants d'immigrants anglicisés et 3 anglophones d'autres provinces qui viennent d'emmenager à Montréal parce qu'il trouve ça "hip" qui demandent tous les mêmes droits au service en anglais que la loi 101 avait prévu pour ce qui est décrit comme la minorité historique anglophone.

      Des droits crées exclusivement pour certains membres d'un sous groupe? Ce qui caractérise l'anglais partout ailleurs dans le monde, c'est son accessibilité. Une langue d'envergure mondiale non réglementée, imagine!

      Quel drôle de concept que de réserver des droits, des opportunités à un groupe restreint d'individus qu'on s'empresse à évacuer du territoire aussi rapidement que possible. S'il faut recourir a un tel cadre (rendre l'anglais accessible uniquement à ceux qui le sont en vertu des parents qu'ils n'ont d'ailleurs pas choisi) pour promouvoir la vitalité du français, on s'enligne pour en dire long sur la capacité, voire même sur la nécessité du français de survivre.

      Par moyens législatifs complètement artificiels, on tente de créer au Québec un état de faits qui ressemble étrangement à une situation inverse de ce qui se produit naturellement ailleurs. Le fait même qu'on le fasse pour une chose aussi arbitraire qu'une langue me dégoûte (remarquons que je pourrai, pourtant, dire à mes petits-enfants qu'ils n'ont pas été baptisés parce que je n'étais pas croyant et ça ne soulèverait pas de tollé chez les séparatistes perpétuellement indignés).

      Le fait même qu'on en soit fier me révolte.

      Delete
    5. Encore une fois vous confondez tous, M. Apparatchik.

      L'accessibilité que jouissent ces gens "partout ailleurs dans le monde", c'est d'apprendre l'anglais comme langue seconde dans leurs écoles de langue maternelle, ce qui est exactement ce dont jouissent les Québecois qui fréquentent l'école française.

      Donnez moi un seul, un seul exemple de pays/juridiction qui contribuent à la disparition de leur langue nationale en encourageant leurs élèves à fréquenter des écoles où l'enseignement se fait dans une autre langue. Vous n'en trouverez pas qui ne sont pas privées.

      Delete
    6. Peut-être vous me parlerez des écoles d'immersion. Je vous soulignerai donc que les écoles d'immersions sont bien différentes des écoles anglaises ou françaises. Par exemple, dans une école française tous les cours sont en français sauf le cours d'anglais. Dans une école d'immersion le ratio peut varier de 50-50 à 20-80 ou 80-20, dépendamment de la province et du grade.

      Delete
  9. "l'anglais est en danger"

    M.Gendrouille,vous devriez proposer vos services pour l'écriture de ses textes car contrairement à lui,vous avez le sens du ridicule ;D

    ReplyDelete
    Replies
    1. Il a vraiment dit ça à la tv, il veut nous faire culpabiliser d'avoir apparemment fait fuir (ils étaient quand même pas obligés de partir) des gens qui nous traitaient de pea soup dans les années tout-le-monde-est-gentil-nous-sommes-heureux-le-Québec-est-bilingue avant la loi 101. Pas sûr que tous ceux qui sont partis étaient tolérants. Et ils ne l'étaient pas plus avant la loi 101.

      Y'a peut-être pas de nouveaux venus anglos ou plutôt anglicisés dans son coin d'Huntingdon mais il devrait regarder la situation à Montréal avant de dire que dans quelques décennies il n'y aura plus d'anglophones au Québec comme il a déjà dit.

      Delete
    2. Haha - Pea Soup.

      I haven't heard that one in a long time!

      Delete
    3. Anglo from the East End?

      Italo-anglo I presume?

      Yes pea soup and anglos back in the 1960s would have called you a wop if you would have settled in the west island. There's always been racism even in the pre-language-laws era.

      Delete
    4. Not Italo one bit and we used to call them WOPs too. We had lots of names for lots of people back in the day. French frog, pea soup, Jean-Guy Patate, WOPs, Gino Camaro, tête carré, whatever, I have not heard these derogatory terms used for a very long time, not in my circle anyway.

      Delete
  10. @seppie,

    The historic english minority is 25% of the Quebec population. So Quebec has to do its part to restore the demographics to that.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je ne suis pas Seppie, demandez à l'administrateur.

      Minorité historique anglaise ne fait pas référence à un pourcentage, c'est un groupe linguistique. Est-ce que l'individu en est membre ou pas? Quelqu'un qui retrace ses ancêtres anglophones sur plusieurs générations en fait partie tandis que quelqu'un dont les ancêtres récents ne parlaient même pas anglais et n'habitaient pas ici n'en fait pas partie.

      Un membre de cette minorité a plus de chances de s'appeller John Smith que Juan Singh.

      Ce n'est aucunement à cause de la loi 101 que les anglophones sont sous la barre des 25%.
      Regardez ce graphique:

      http://faculty.marianopolis.edu/c.belanger/quebechistory/stats/anglos.htm

      La loi 101 fût adoptée en 1977.

      Delete
    2. Langue d'oppresseur? Yannick, les anglophones de Québec (ou d'ailleurs au Québec) n'ont pas été assimilés de force, ils se sont assimilés de leur propre gré. Des anglophones qui choisissent d'avoir des enfants avec des francophones doivent s'attendre à ce que leurs descendants ait le français comme langue maternelle surtout quand les enfants bilingues choisissent un partenaire francophone et souvent même ceux avec un parent anglophone furent élevé seulement en français et ce par choix. J'ai un arrière grand-père irlandais qui n'a pas transmis l'anglais à ses enfants et a appris le français pour parler à sa femme. La preuve c'est qu'à ce jour il y a encore une minorité anglophone à Québec avec ses propres écoles. Quand même drôle qu'il y aurait eu une assimilation énorme mais qu'une minorité demeure?

      Qu'est-il arrivé aux anglophones de la ville de Québec? C'est simple: soit ils sont partis ailleurs en Amérique du Nord (et ce, bien avant la loi 101 alors ça n'a aucun rapport, c'est pour des raisons économiques, pas de discrimination) ou bien ils se sont mariés avec des francophones.

      Pendant ce temps, au Canada anglais, l'enseignement en français était interdit dans certaines provinces et un grand nombre de gens ayant deux parents francophones sont devenus des anglophones sans avoir l'anglais comme langue maternelle et n'ont pas transmis le français à leurs enfants.

      Delete
    3. Il y aussi une énorme différence entre la taille de la ville de Québec de l'époque et aujourd'hui. Le pourcentage, ce n'est pas le nombre d'anglophones.

      C'est comme le pourcentage de francophones au Canada vs le nombre. Près de 7 millions ont déclaré avoir le français comme langue maternelle au dernier recensement, comptant pour même pas le quart du pays et pourtant ce nombre est tellement plus élevé que le nombre de francophones il y a deux siècles, alors qu'ils étaient encore majoritaires dans ce pays.

      Donc la population francophone de Québec a connu une grande croissance (est-ce un crime envers les anglophones d'emménager en ville et d'avoir des enfants?) et s'est mise à occuper une part de plus en plus grande de la population totale. Ça en tant que tel ça ne réduit pas le nombre d'anglophones, juste le pourcentage qu'ils occupent dans la ville. La différence du nombre d'anglophones n'est pas aussi énorme qu'elle peut paraître en comparant le pourcentage de l'époque à aujourd'hui. Il n'y avait pas des centaines de milliers d'anglophones à Québec à une époque où la ville n'avait pas des centaines de milliers d'habitants. Pourtant si on prenait le pourcentage d'il y a 150 ans et l'appliquait aux chiffres d'aujourd'hui il faudrait s'attendre à des centaines de milliers d'anglophones. Même si aucun n'était déménagé ou n'avait pas été "assimilé" (ce qui n'est pas vraiment le cas) il y en aurait pas des centaines de milliers aujourd'hui à moins que beaucoup aurait immigré par la suite mais ce n'est pas notre faute s'ils ne sont pas venus. Nous n'avons rien à nous reprocher.

      Et The Cat dit que tout le monde s'en fout? Alors pourquoi depuis quelques années la parade de la Saint Patrick est de retour à Québec et organisée en grande majorité par des francophones?

      Delete
    4. Quebec City’s St. Patrick’s parade was once the largest one held in all of Canada. The reason that the parade (which hadn’t been held since 1926) has been revived since 2010 is because Peter Farrell, an Irishman, married a French-Canadian woman, he moved there and he found it aberrant and disgraceful that the assimilation machine which is Quebec City had so completely erased its non-francophone history from the public consciousness.

      The Simons family, which immigrated from Scotland, founded the very successful Simons House store, for example (which is expanding to Alberta this year). William Henry Lynn, the architect who designed the St-Jean and St-Louis gates when Lord Dufferin was the Third Governor General and namesake of the Château Frontenac's Dufferin Terrace, were both Irishmen. The “Queen of Canadian Folksingers”, Mary Travers (a.k.a. La Bolduc) and poet Émile Nelligan both had Irish parents and spoke English at home.

      So no, it wasn’t francophones in Quebec City who felt a burning need to revive their city's historic St. Patrick’s parade (it took yet another immigrant to do that) but yes, as a result of the massive onslaught of francophone assimilation in Quebec City, it means that francophones are pretty much all that’s left there today in order to help organize it.

      Delete
    5. Les deux avaient des parents Irlandais? Non, seulement des pères Irlandais. La mère de la Bolduc n'était pas Irlandaise ni la mère d'Émile Nelligan. Le français était autant leur langue maternelle que l'anglais et ils ont choisi d'exprimer leur art en français, ils n'ont pas été forcés alors c'est quoi le problème?

      La machine a assimiler? Comme j'ai dit dans mon message plus haut, d'habitude c'est parce que leurs enfants choisissent d'avoir des enfants avec des gens ayant le français comme langue maternelle alors évidemment c'est naturel que l'anglais ne soit pas toujours transmis.
      Mais combien d'anglophones avec deux parents anglophones assimilés au français, refusant de transmettre l'anglais à leurs enfants au Québec vs tous les francophones assimilés au Canada anglais? Il y a même plusieurs anglophones avec des noms français au Québec même, ça montre à quel point la machine à assimiler c'est surtout l'anglais.

      La majorité du public lors de la parade à Québec est francophone. Pas sûr qu'on peut retrouver un intérêt semblable pour la culture francophone au Canada anglais. Nous devrions pleurer l'état de la communauté anglophone de Québec alors que plusieurs d'entre eux sont partis vers l'ouest pour des raisons économiques et plusieurs autres ont choisi de s'intégrer (pas obligés de marier hors de leur communauté) et pendant ce temps le Canada anglais ne pleure pas l'assimilation de familles entièrement francophones devenues anglophones sans même se marier à des anglophones?

      Delete
    6. Surtout qu'en dehors du Québec, l'assimilation était faite en interdisant l'enseignement ainsi que les services en français. Seules les régions rurales où l'enseignement publique n'était pas disponible ou pas surveillé pouvaient trensmettre de l'enseignement en français. Résultat : les seules régions encore francophones (Exception faite du Québec, du Nouveau-Brunswick et certaines parties de l'Ontario), sont des trous perdus plus redneck les uns que les autres. C'est pitoyable.

      En Alberta la majorité des francophones sont des immigrants hors-province, le taux d'assimilation y est effroyable. Moins de la moitié de ceux qui ont le français comme langue maternelle disent qu'ils l'utilisent courrament au foyer.

      Delete
  11. "The historic english minority is 25% of the Quebec population."

    Bientôt 50% :)

    ReplyDelete
  12. Concerning the lack of any Francophone talent in this year's NHL draft I've heard the argument that links Quebec's socioeconomic climate to the lack of any young Quebecois superstars coming up the ranks in the Hockey world. Raising an elite hockey player takes two things, time and money. Single parent households usually don't have the time required to take kids to hockey practices and tournaments away from home and Quebec is a leader when it comes to single parent households in Canada. It doesn't help matters that Francophones don't get married as much and aren't having as many kids. A single Mom schlepping poutines at the local casse croute simply doesn't have the time to take a kid to a 5:30am practice or let alone a game on the other end of the Island. The second "must have" is money. Equipping a kid in full hockey gear for 12 years and paying for ice time, travel and what not, is a seriously expensive proposition. Quebecers earn less than their Western counterparts and we pay more taxes (thanks Quebec Inc.) ergo, not as many Quebec households can pony up the money to fuel a future NHL aspirant.

    ReplyDelete
    Replies
    1. "It doesn't help matters that Francophones don't get married as much and aren't having as many kids."

      You don't need to get married to have kids and as far as having kids goes, we have more kids than English Canadians:
      http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l01/cst01/hlth85b-eng.htm
      I don't really count western Aboriginals (hence the high birth rate there) as English Canadians. Compare Quebec and Ontario and the Atlantic provinces. You are the ones having less kids.

      Delete
    2. Ontario receives the lion's share of immigrants to Canada. That more than compensates for any minor fluctuations in the birth rate. Half the immigrants Quebec processes, move West within 5 years after they realize the scam they got themselves into, work hard and pay taxes so the Québécois Masters can step on you and keep you down. True, you don't need to be married to have children, but I would hazard a guess that married couples have more children than unwed couples do.

      Delete
    3. @anon 8:51

      "I don't really count western Aboriginals (hence the high birth rate there) as English Canadians. Compare Quebec and Ontario and the Atlantic provinces. You are the ones having less kids."

      Yes but you omitted the fact that Quebec Native communities also have a higher birth rate then other Quebecers. I am basing this on the regions of Northern Quebec shown below:

      In 2010 the total fertility rate hovered between 1.5 children per woman in Montréal and 2.0 children per woman in Côte-Nord and Abitibi-Témiscamingue. It was 2.7 children per woman in Nord-du-Québec. Between 2009 and 2010, the fertility rate declined in almost all of the regions. Côte-Nord and Estrie are the only regions that saw their fertility rate grow slightly.

      http://www.stat.gouv.qc.ca/salle-presse/communiq/2011/avril/avril1105_an.htm

      Delete
    4. "Ontario receives the lion's share of immigrants to Canada. That more than compensates for any minor fluctuations in the birth rate."

      Well that's the root of the birth rate myth. Quebec doesn't have a low birth rate, it's higher than most western European countries (okay, granted, the Western World doesn't have a high enough birth rate but that's another story) but the reason why people don't point out that white English Canadians actually don't have a high enough birth rate is that they, unlike French-speaking Quebecers, assimilate immigrants and turn them into English Canadians so they don't speak about their birth rate yet speak about Quebec's while theirs is actually not higher.

      Now, that's fine and all and English Canada keeps growing fast (due to immigration) unless, of course, one is a racist white English Canadian who has a problem with more and more of his fellow English Canadians being brown and either Skih, Muslim or Hindu. You don't have to worry about your language but people can speak the same language as you and still have a much different culture, different values, etc.

      Delete
    5. "Yes but you omitted the fact that Quebec Native communities also have a higher birth rate then other Quebecers."

      I am aware of this but I didn't bother to point it out because there are so few Natives compared to western provinces. Look at this:
      http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/as-sa/97-558/table/t17-eng.cfm

      Almost 8 million people in Quebec VS barely over 1 million in provinces like Saskatchewan and Manitoba yet they have more Aboriginals. Surely this must explain the birth rates there.

      Aboriginals on the 2006 census were clearly a small minority in Abitibi-Témiscamingue and Côte-Nord (and those are remote regions that aren't as populated as the ones to the south), Estrie is a southern region with no Indian reserves and as for Nord-du-Québec, where more than half of the population is Aboriginal (there are non-Aboriginals in places like Chibougamau), it is Quebec's least populated region (only over half a percent of the province's population despite being more than half of the province's territory!) and accounts for only 860 births out of 88 500 and not all of those births are Native babies.
      http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/dons_regnl/regional/206.htm

      I don't think Aboriginals have a big impact on the birth rate here seeing as the great majority of births are in regions with no Indian reserves and surely most Abitibi and Côte-Nord births come from the non-Aboriginal regional majority.

      The governmental text you quoted does say: "In 2010 the total fertility rate hovered between 1.5 children per woman in Montréal and 2.0 children per woman in Côte-Nord and Abitibi-Témiscamingue."

      Montreal actually has a below average birth rate despite getting almost all the Muslim immigrants. Must be because many non-Muslims move to off-island suburbs (north shore and south shore: parts of Laurentides, Lanaudière and Montérégie regions) to raise their children.

      Delete
    6. Here is a page in English (not bad considering Quebec is officially unilingual) about Quebec's regions:
      http://www.stat.gouv.qc.ca/regions/profils/region_00/region_00_an.htm

      At 11.1%, unemployment rate is high on the island of Montreal. Higher than all other regions but one.
      Capitale-Nationale (Quebec City area) is at 5.7% and Chaudière-Appalaches on its south shore is at 4.9%!

      So much for the unemployed Québécois stereotype having his welfare paid by immigrants. Turns out it's perhaps the immigrants that don't work as much.

      Delete
    7. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
    8. Ne le saviez vous pas? Ces emplois que les francos-Québecois ethnocentriques et fascistes possèdent sont financés par les impôts des contribuables levés sur les pauvres allos de Montréal ainsi que le Canada par voie de la péréquation.

      Delete
  13. @DrunkGuyReneLevesqueKilled

    Vous avez accès au web au jardin du dernier repos?Vous avez commencé à écrire votre bafouille à l'aube?Bravo,presque qu'aussi réussi que votre caca du matin.Français et anglais sur votre boîte de All- bran ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Why aren't there any Québécois hockey players in the NHL draft?

      Delete
    2. "Why aren't there any Québécois hockey players in the NHL draft?"

      Except that there are several. The editor said "Out of the top 50 prospects" but there are more than 50 prospects. As I pointed out in another post on this page, there is one at #17 but the editor didn't know about his background and dual citizenship and assumed he was American. I found these but I looked quickly, there may be others:

      #56 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=9986
      #62 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10341
      #78 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10586
      #129 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10043
      #136 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10184

      And goalies:
      #5 (that's good) http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10690
      #11 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10403
      #15 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10028
      #20 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10340
      #35 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10696

      Of course there are way more Americans and English Canadians on this continent so, although it's perhaps not the best draft, it would be unrealistic to expect a lot more. When it comes to goalies, 5 out of 35 is quite decent, though, considering our share of the North American population.

      Delete
    3. For what it's worth, there are more, I forgot to post these:
      #183 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10204
      #202 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10539
      #209 http://www.nhl.com/ice/draftprospectdetail.htm?dpid=10358

      Delete
  14. @anon 8:51

    You forgot to mention that in Quebec its the minorities in the Montreal area that are having a disproportionate number of children in Quebec. The stats are not broken down by Quebec region to give an accurate stat.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Do you realize that Ontario has more visible minorities, Muslims (think Pakistanis and big families), immigrants, etc. than Quebec and yet Quebec has a higher birth rate?

      There is data from the Quebec government available, it's in French
      http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/dons_regnl/regional/206.htm

      23 161 births (and it's not like only minorities have children there) in the region of Montreal (where almost all immigrants are, do I need to find the Statcan data?) out of 88 500 births = 26.17%

      1 886 481 people in Montreal on the 2011 census out of 7 903 001 people in Quebec = 23.87%

      So if they are overrepresented, it's only slightly. The majority of births are in the regions where few immigrants settle. 2011 census data still doesn't show mother tongues (it will later this year), ethnic origin, etc. but when looking at the 2006 numbers which do show such information and comparing with birth rates in each region, I have come to the conclusion that there are few allophone births outside in the regions, which is where most Francophones live and immigration just like language is a Montreal issue, not really a Quebec issue.

      Delete
  15. Editor: "Why a unilingually English commissioner in Ottawa is an outrage, while a unilingually French commissioner in Montreal is fine, remains an unanswered question."

    I think it's because French is "menacé" and English isn't. Or something along these lines.

    ReplyDelete
    Replies
    1. C'est l'idée oui. Dûr de croire qu'un jour tous les commissaires seront uniligues français, mais que tous les commissaires soient unilignes anglais? Juste un retour au Canada ante-bilinguisme officiel.

      Je suis d'accord que ce n'est pas juste.

      Delete
  16. I wonder what will happen to Quebec Birth Rates if commonwealth relationships are considered the same as married couples. The birth rate will plummet because Quebec men will realize the are liable for child support and alimony(men still pay the lionshare of child support and alimony)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Common law relationships are poised to be turned upside down as soon as the "Lola Vs Rich Circus Man" case is settled. Quebec is in for a shock.

      Delete
    2. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
  17. "Incidentally, the boycott of classes has become a French only affair as all English Cegep and University student associations have given up an official boycott, although some hotheads are trying to stop students from taking exams."

    this is exactly what happened yesterday when I was about to walk into the hall building at Concordia...some mindless protesters were barricading every single entrance of the building in wide lineups, trying to block access for student to enter. Having said that,I should perhaps add that most protesters were not from the Concordia, they were in fact from UQAM, but anyway the point is that things were heating up between two sides, and it kindda turned ugly further down the road as the student got so desperate to sneak their way into the building just to be able to go to classroom to write their final examinations. luckily, I was able to sneak my in through a temporary narrow gap but it took a long time before I did since we had to push very hard just to put pressure on them.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Quebec is the quintessential entitlement society. If Alberta elects a Wild Rose Government in the upcoming election you can bet that the transfer of wealth to "have not" provinces like Quebec via the federal transfer payment formula will be in their cross hairs. That 8 billion dollars given yearly to Quebec to subsidize University tuition and 7$ a day daycare (things Albertans can only dream of) will dry up and Quebec's overburdened taxpayers will have to either scale back their government's spending or pay even more taxes.

      Delete
    2. Oui, parce que les partis provinciaux peuvent décider comment le fédéral dépense ses propres taxes.

      Come on, c'est RIDICULE! Do you have any idea how government works?

      Delete
    3. Wait, if Quebec stays in Canada just to get money from the federal government and the federal government stops giving money, this can't be good for the federalist side right?

      Delete
    4. Non, c'est très mauvais. C'est pour ça qu'il y a des séparatistes qui croient que c'est dans l'intérêt d'Ottawa que le Québec soit pauvre.

      Tout de suite, au moins, les fédéralistes peuvent dire que rester au Canada est un bon choix économique. Si ce n'est plus vrai, alors plusieurs pour qui la loyauté canadienne est une question d'argent pourraient devenir séparatistes.

      Il y en a plusieurs dans le ROC qui considèrent ça un win-win.

      Delete
    5. Des années de propagande fédéraliste ont eu un effet néfaste sur ce pauvre Yannick.

      Le Québec serait plus riche s'il était indépendant !
      Pourquoi croyez-vous que Parizeau l'économiste est pour l'indépendance ?
      Pensez-vous vraiment que le Canada Québécophobe dépense de l'argent sur le Québec ?
      Peut-être qu'il a des intérêts économiques au Québec ?
      Peut-être que ça profite à une minorité de Québécois, une élite fédéraliste incluant Jean Charest mais pour le Québec, est-ce que ça rapporte vraiment ?
      Vous avez aucun problème avec l'idée de donner une partie de nos impôts pour payer des F-35 ?
      Dans un Québec indépendant, nous déciderions sur quoi dépenser notre argent.

      Delete
    6. Je veux dire, oui il donne de l'argent en péréquation mais par intérêts économiques je veux dire que peut-être que le Québec riche en ressources rapporte (du moins à des gros bonnets canadiens-anglais peut-être pas au gouvernement fédéral) plus qu'il coûte dans l'ensemble.

      Je refuserai toujours de croire que le Canada anglais paye pour garder le Québec qui ne parle même pas la même langue que lui. Ça n'a aucun sens. Stephen Harper a dénoncé le bilinguisme officiel et l'argent que ça coûte avant d'être premier ministre et malgré ça, et malgré le fait qu'il est impopulaire politiquement ici, il tient à garder le Québec. Étrange, non ?

      Delete
    7. Partout ailleurs au monde, un référendum sert à prendre une décision. Peut-on m'indiquer une autre situation dans l'histoire de l'humanité où l'on continue à répéter le même référendum à propos du même sujet jusqu'à temps que l'on choisisse le soi-disant "bon" résultat??

      Delete
    8. Si l'opinion de la population change, c'est tout à fait approprié de reposer la question.

      Si tout était coulé dans le beton, il n'y aurait jamais d'élections.

      Les Libéraux sont majoritaires même si depuis un bon bout de temps ils sont très impopulaires dans les sondages. Pourquoi avoir des élections dans le futur? Les gens ont choisi les Libéraux en 2008. On s'en fout qu'ils n'en veuillent plus. Ils doivent les endurer pour l'éternité.

      Absurde, non?

      Delete
    9. @The Cat: Le droit de vote des femmes en Suisse. Puisqu'il fallait que ça passe par référendum, et que les hommes seuls votaient, il a fallu plusieurs référendums pour que ça passe.

      Delete
    10. While it’s true that Switzerland was the last European country to introduce women’s suffrage (at the federal level), their system of direct democracy is unique in the world. As you said, it didn’t help that only half the population was eligible to participate (and that voting rights were traditionally tightly tied to military service). In order to change the status quo, I suppose it would be as if we only allowed the No side the option to vote Yes. Oh, the joys of a neverendum !

      Delete
  18. If Alberta elects a Wild Rose Government...Le Québec deviendra enfin un pays.

    ReplyDelete
    Replies
    1. This comment has been removed by a blog administrator.

      Delete
  19. "That's why Montreal will stay in Canada"...Vous en fumez du bon !_!

    ReplyDelete
  20. SORRY READERS

    In doing some experimenting I've last the last 100 comments.
    For those who made a effort, I apologize.
    For idiot trolls, be very proud.

    I'm going to return to moderation for a while in order to get rid of trolls and drive-bys.
    There will be a delay in seeing your messages, for which I apologize for.
    See tomorrow's post.
    If you hve copies of deleted comments, you are invited to repost.

    ReplyDelete
  21. I'm going to try to post a few of the lost comments manually.

    ReplyDelete
  22. Ummmm...I think that after the l'Actualite debacle that you will excuse my lack of faith dans les sondages carried out by the media outlets in this province.

    Of course if you ask people loaded questions, their answers are going to reflect a particular bias.

    Question: Why did only 150 people show up to protest Coach Cunneyworth?

    Answer: Because the vast majority of Quebecers don't give a rat's ass about the threat of Anglicization.

    Action speak louder than words mon ami!

    ReplyDelete
  23. Je suis d'accord que la "prééminence du français" sur les affiches est une loi insultante et stupide.

    Mais si vous faites la même chose au ROC, tout ce que vous ferez c'est justifier la loi 101 au Québec car le traitement sera égal. Les séparatistes n'ont rien à curer du ROC, le plus vous maltraiterez les francophones hors-Québec le plus ils diront que vous êtes francophones et qu'ils doivent obtenir leur propre pays au plus sacrant.

    Ça pourrait être bien satisfaisant au niveau émotionelle, mais l'effet produit sera le contraire à l'effet désiré.

    ReplyDelete
  24. http://www.statcan.gc.ca/tables-tableaux/sum-som/l01/cst01/labor36b-eng.htm

    This is a comparison of Quebec vs Ontario in terms of Economic participation. Ontario has a higher labour force participation in its regions then Quebec does.

    ReplyDelete
  25. Yannick: Oh, no Yannick, NEV-VER! I'm not a know-nothing, in fact I think the problem is I know too much! Furthermore, I'm very open-minded, but I've been observing this merde de toreau for almost four decades now, and finally there is a federal party governing Canada with gonads and hiring people who speak English in Quebec, and French in Ontario. For too long, Quebec was getting away with endless merde de toreau and fed bashing! It's about time Englsh speakers take a stand considering the way French has been shoved down our throats for almost 40 years.

    All other things being equal this year, the Habs will become a perennial cellar dweller if French is more important than winning. I'm used to a Habs team where it wasn't a question of whether or not the Habs would win, but by how much! I don't like how this is shaping up!

    GensDenis: Yes, the racism is the Charter of the French Language. How dare anybody try to in any way, shape or form declare an official language of this country is forbidden! The vitriol that was spewed a few years ago when the Bouchard-Taylor $5 million waste of taxpayers' money and the "Code of Conduct" written by some country bumpkin in Hérouxville is racism; the arsen and sabotage of Jewish summer cottages in Val David was racism; the Montreal police beating up on people of colour in Montreal Nord is racism....need I go on?

    ReplyDelete
  26. Abdul passe à coté du sujet,ce ne sont pas les hot-dogs ou les t-shirts le problème.L'enjeu réside dans l'affichage publique (des petits et moyens commerçants) et dans le service à la clientèle.Plusieurs Québécois se demandent si ils sont toujours au Québec lorsqu'ils vont faire leurs courses au centre-ville de Montréal.Le vocabulaire ne représente qu'une infime partie du problème.

    ReplyDelete
  27. Editor, I fail to see why you keep allowing one-liner drive-bys by one guy under a bunch of different handles. This doesn't enrich the level of the discussion here in any way. All it does is cause us to have to entertain the idiocy of one perverse extremist rather than have serious debates on anything that even marginally resembles the topics you're blogging about.

    I feed the troll too, but after seeing the number of idiotic one-liners allowed following today's post, as well as the appallingly degenerative level to which they have sunk, I'm seriously contemplating calling my participation on this blog quits for good.

    There is a serious difference between even passionate debate and its fake siblings cheap pettiness and incitement. I call on you, as the owner of this blog, to show the intestinal fortitude to redefine your policy regarding general participation, or to take a stand on what this blog is all about.

    Is it about a place where we ought to have spirited discussion on a topic that we all might have deeply-held opinions on? Is it a window into the mind of one fellow who happens to provide a forum to a few dozen weary grouches? Is it a place where we ought to take pleasure threatening each other with demographic holocaust on a daily basis because face it, if it bleeds, it leads?

    I appreciate your libertarian administrative tendencies to be sure, but it's gotten to the point where you now have, on a line, folks like Sauga, adski, Tanya, Laurie, Roger, myself, Yannick, and Michel who, despite often enormous disagreements, generally adhere to some unspoken code of decency on the one hand. On the other, you have a fucktard whose participation is less about sharing developed thoughts (however unpopular they may be) than it is about mean-spirited willful provocation. This cheapens both us as regular and loyal participants, and the quality of your blog overall.

    (1/2)

    ReplyDelete
  28. I'm not saying the rest of us are great thinkers or Nobel candidates -- not by a long shot -- but you need to seriously think about how legitimate and worthy it is to give a voice (make that several dozen voices) to one person who does the equivalent of lobbing molotov cocktails at every discussion we have. There's nothing heroic or even "spicy" about that. It's not a cultural or a linguistic thing but a burden of responsibility at the root of the social contract that governs -- or ought to govern -- our routine participation.

    You might argue it's legitimate to troll on the basis of there actually existing hardcore separatists who share many of his beliefs. In the same breath, this person congratulates you for outfitting him with a soapbox while preaching rabid intolerance -- on a daily basis, no less -- for the very ideals you hold dear and which make it possible. You're being kicked in the pants and by doing nothing, you, Editor, are sycophantically asking for more.

    Consider this. If your blog were about Israel or Zionism (neither of which I happen to personally be a fan of) and I came on and did any of the following:
    - agitated for a modern-day Kristallnacht (ha ha!)
    - advocated the massive firing of Jews in leadership positions -- businesses and universities, for instance -- because they reject Christ and Muhammad (yummy!)
    - took genuine joy in the killing of land-grabbing settlers (even) by the family member of a farmer who was criminally dispossessed of his own land (jew-cy!)
    - made off-color jokes about showers or how desirable it would be if more "filthy kikes" frequented Nazi "day spas"
    - ...

    ... you'd ban me faster than light in a vacuum. And you'd be right to.

    What's the difference here? The insufficient persecution? The lack of body counts? Is it content-worthy because there hasn't been a massive spilling of blood (yet)? Entertaining blog-theater? Where do you draw the line?

    To borrow a phrase that isn't too far off, I'd like to point out that "never again" is a call to duty to all humanity and for all humanity. Alas, too often we have forgotten or failed to heed its true meanings altogether -- to devastating effect. In completely dehumanizing one's enemy, one also completely dehumanizes oneself.

    Give that some thought and let us know what you think. I know I mustn't the only one who sees this very slippery slope whose effects are exponentially scarier than my grandchildren being assimilated to some competing future world language and culture.

    (2/2)

    ReplyDelete
  29. I kind of agree with Apparatchik.

    I like your blog because it comes from the anglophone point of view, which you can't really find anywhere else. I appreciate the time and effort you take to put together all of the links and the comments you make. In fact, you do such a good job of it, I feel like it's "my" blog sometimes.
    I don't think I am the only one that feels that way.

    Of course, people can always have differing points of view. I don't mind debating a separatist or disagreeing with someone or having some back and forth banter.

    I think, though, that some people, especially when they post as anonymous or seem to change their aliases/monikers all the time take advantage of the fact that you allow people to post what they want.

    When I see a poster telling adski to basically take his kid to a "friendlier" province, when I see people personally attack apparatchik, when I see people saying things against muslims, jews, blacks, or make comments about how abdul butt is dark, this is not debate at all. It is not even humour. It is just baseless attacks done on a regular basis. Goading people on to smear shit on the window of some immigrant and then thinking it's funny if his daughter is looking?

    It makes me not want to post on this blog that I otherwise enjoy. I wish there was something that could be done about it.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je dois être d'accord avec Apparatchik, mais j'espère que vous ne tolèrerez pas non plus les trolls qui sont d'accord avec vous.

      Delete
  30. Apparatchik AND EVERYBODY.......

    Strange because earlier this evening, I banned my first commenter for abuse, having reached a decision to do exactly what you are asking for.

    I will be making an announcement Sunday on new posting criteria.

    I don't care if we go down to twenty or thirty good comments, where as always, legitimate dissent will be encouraged.

    As readership grows, we are attracting attention, both good and bad and I realize that in some respect we are under attack by those who wish to piss in the soup of honest discussion.

    ReplyDelete
  31. The problem is not signs or little store owners. The problem is a Pur Laine majority that likes to destroy individual rights. The problem is the intolerance of a pur laine majority that refuses to accept the fact that Montreal always had and will have an English face to it. That is the problem. Its been 30 years that Quebec has gotten away with bill 101. The back lash will come in one way or another. The partition movement is being laughed at but when it is seriously spoken about all of sudden there is a look of shock in the eyes of all the RPQ, MQF, etc... They don't even want to think about the possibility. Quebec is surrounded by the rest of Canada and the United States, it would be in their own interest for free movement of partitioned Quebec and vice versa. Losing Northern Quebec and all that hydro electricity and a 200 billion dollar debt based on partitioned population. Things don't look so bright in wonderland(pays de quebec) after all.

    ReplyDelete
  32. Franco-Quebecers forget that in the 19th century (less than 150 years ago), Quebec City was almost half Irish (in other words, anglophone) and that this included the Simons family that gave rise to the famous, eponymous department store that we continue to enjoy to this day, even in Montreal. Nowadays, Quebec City is 99% francophone and no one bats an eyelash at the tragic loss of their history. Apparently for nationalists, assimilation is perfectly fine as long as it concerns anglophones rather than francophones.

    ReplyDelete
  33. Regardless of the poor quality of Seppie's (and his alts) commentary, I'm glad that DrunkGuyReneLevesqueKilled reminds us that every time you drive down Côte-des-Neiges Blvd., when you drive down past that curve around the former Marianopolis College, that is where the drunk René Lévesque (driving with his mistress, Corinne Côté) killed a homeless man on February 6th, 1977. I've actually had nationalists deny that this event ever occurred!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Étiez-vous sur les lieux de l'accident?Avez-vous été témoin?Voulez-vous qu'on réssuscite Monsieur Lévesque pour lui faire cracher le morceau et lui dire comment il a été un homme politique médiocre?Alors faisons la même chose avec Churchill car selon les historiens,il n'était pas un modèle à suivre concernant la consommation d'alcool et de tabac...Entre autres.

      PS:Honnêtement,je trouve ce genre de commentaire mesquin et inintéressant...Le ménage de ce blogue commence sur une drôle de note.

      Delete
  34. Bravo, Yannick ! Si jamais le Nouveau-Brunswick était assujetti aux mêmes restrictions que l'on doit subir ici et que l'affichage du français deviendrait illégal en Acadie, je serais très curieux quel serait ta réaction.

    ReplyDelete
    Replies
    1. "Si jamais le Nouveau-Brunswick était assujetti aux mêmes restrictions que l'on doit subir ici et que l'affichage du français deviendrait illégal en Acadie, je serais très curieux quel serait ta réaction."

      Vous comparez sérieusement la minorité francophone du Nouveau-Brunswick avec la minorité anglo du Québec?Une luttant pour un minimum de droits depuis 1755 et l'autre exploitante depuis des siècles.Un peu de sérieux SVP.

      Delete
    2. Malheureusement, je ne sais pas à quel commentaire vous faites allusion :(

      Si on devait mettre de l'anglais sur nos affiches, je trouverais que ça ferait du bon gros sens, avec exception faite de certaines de nos régions à charactère 99.5% francophone où ça donnerait l'impression d'un charactère anglophone qui n'existe pas.

      Si on devait mettre l'anglais en premier et le français en dessous en petit, même dans nos régions à charactère 99.5% francophone, je trouverais ça stupide, abberrant, et insultant.

      Mais Seppie a raison, les situations ne sont pas exactement les mêmes.

      Delete
    3. Pourtant ce qui suscite les plus vives réactions, c'est l'utilisation ouverte de l'anglais dans des régions du Québec à forte concentration d'anglophones.

      D'ailleurs, on semble parler de "conquête anglophone" le simple phénomène de l'étalement urbain, auquel participent peut être encore plus les francophones.

      Un deux poids deux mesures intolérant et intolérable, à mon avis.

      Delete
    4. Je peux voir être mécontent que les anglos de Montréal ne se donnent pas la peine d'utiliser des affiches bilingues ou d'offrir du service en français. C'est une ville bilingue.

      Je n'ai pas également parlé d'affiches qui viennent hors province. Je peux également voir être mécontent que Honda lâche des grandes affiches unilingues anglaises à Québec parce que c'est moins cher que de traduire.

      Ce sont des comportements que je respecte. Être mécontent que les anglos de Montréal mettent de l'anglais sur leurs affiches pour se servir entre eux, et qu'ils veulent mettre l'anglais en premier? Je respecte ça beaucoup moins.

      Delete
    5. Franchement, je pense que je vais devoir commencer à compiler des statistiques sur le nombre d'anglos dans des commerces au détail qui ne peuvent pas servir des clients en français. À lire certains commentaires d'intervenants, il ne s'agirait pas de cas isolés ici et là mais un problème généralisé. Je ne m'en suis jamais aperçu, moi qui commence très très souvent en français par défaut mais qui fais des exceptions lorsque je n'ai pas de très sérieuses attentes (j'avoue, c'est un préjugé qui m'est propre) de pouvoir être servi en français.

      On a beau répéter comme des perroquets qu'on se reconnait de moins en moins le Canada de Harper; où était ce même discours de la part des Montréalais et d'autres Québécois modérés qui se font continuellement varloper par un courant absolutiste franco-suprémaciste qui vise à bâtir un mur linguistique étanche autour de notre province? Le comportement moutonnier semble bien exister dans l'ensemble de la population à peu près à parts égales.

      J'en déduis que la modération a bien meilleur goût. Des affiches Honda unlingues anglaises à Chicoutimi, ce n'est pas d'abord et avant tout insensible; c'est con, purement et simplement. Des affiches bilingues de Honda à Chicoutimi, Montréal, en Estrie, et en Gaspésie? Pourquoi pas? Chacun y trouve son compte. Je dirais même qu'il faudrait avoir des affiches bilingues partout au Canada; peut-être ça viendra un jour. Il fut un temps où les fabricants n'imprimaient pas des étiquettes bilingues; aujourd'hui c'est devenu une pratique courante.

      Pour ce qui est de la langue qui parait en premier, c'est pour moi plus ou moins un détail, même si je sais que pour certains ça pourrait avoir une certaine valeur symbolique. À la limite, peut-être y aller par la norme qu'emprunte le gouvernement fédéral (français d'abord au Québec, anglais d'abord ailleurs), mais bon.

      Delete
    6. "langue en premier"

      Habituellement ça dépend surtout de la grammaire, parfois le français doit venir en premier. Autrement c'est anglais en premier presque partout au Canada.

      "C'est con"

      Dieppe a passé une loi qui voulait que toutes les affiches genre Honda se devait d'être bilingues. Ils ont donné 2 ans de moratoire pour que les commercants puisses s'adapter. Ils s'en sont quand même calissé comme de leur premières chaussure et crié au meurtre quand les ammendes ont commencé a entrer. Laisses moi exprimer mon sceptisme.

      Je suis d'accord que la langue qui vient en premier est un détail.

      Delete
  35. The national language of the irish is irish, no? I mean I understand your point, but to switch from one colonial opressor's language to another, did they really lose something of their own?

    ReplyDelete
    Replies
    1. It’s not quite as simple as the knee-jerk decrying of “colonial oppression”.

      Irish Gaelic has been a minority language in Ireland since the early 1800s. While the decline of Irish Gaelic was partly due to British rule, its use dramatically declined as a result of the Great Famine in the 1840s, when Ireland lost a quarter of its population due to death and emigration and which disproportionally affected poorer Irish speakers on the western and southern coasts. Irish political leaders themselves considered the language “backwards”, encouraging English as the language of the future, and the Roman Catholic Church discouraged the use of Irish in its schools as well. As a result of this stigma, Irish parents actively discouraged their children from speaking the language long after independence.

      The language shift that was due to British rule in Ireland, however, was nowhere near as severe as that in post-Revolutionary France. The Third, Fourth and Fifth republics also employed humiliating practices to stamp out minority languages and dialects from the French territory (in the case of Breton, this went on right up until the 1960s).

      Here's an interesting photo of how French is imposed in Corsica, with the non-Corsican place names defaced. Look familiar?

      Delete
    2. So? Whatever happens in the French republic has nothing to do with us. Our political links with France were cut thirty years before the first French republic and five years before Corsica was ceded to France.

      Consider the 1905 French law on the separation of the church and the state while in Quebec, the church dominated until the 1960s. Quebec is Quebec, France is France. Not the same people, not the same place, not the same history, not the same behavior.

      Delete
    3. Je suis d'accord avec anonymous 3:30. C'est un peu comme dire que les américains ne sont pas bons à intégrer leurs minorités en pointant aux manifestations qui frappèrent le Royaume-Uni l'an dernier.

      J'utilises moi-même l'exemple français pour décrier combien triste est l'assimilation.

      En passant, ce sont bien les noms français qui sont rayés sur ta photo, non? Les noms dessous ne sont définitivement pas français...

      Delete
    4. En relisant bien je vois que c'est ça que tu voulais dire.

      Mettre les noms en français aussi, ça fait du bon sens, surtout si c'est des villes où les deux noms existent non? Ou croyez-vous qu'en Pays de Galle ils n'écrivent que les noms de villes en gallois?

      À savoir si ça devrait venir en premier ou en deuxième... c'est une autre histoire. On est heureux qu'au Canada on n'a pas beaucoup de noms qui ont deux versions, sauf les accents aigus sur Québec et Montréal!

      Delete
    5. @AnonymousApr 18, 2012 03:30 PM

      So, I was replying to Yannick’s comment… and also pointing out that big, bad anglos aren’t the only “colonial oppressors” around, except that we don't seem to hear much about the others... but thanks for your enlightening contribution, Captain Obvious.

      Delete
  36. Honnêtement, ça me rend triste que l'on obstine quand, en fait, je crois que l'on soit de la même opinion et qu'on s'entend.

    What I do find particularly sad, however, is the apparent ease with which Quebec nationalists are willing to throw non-Quebec francophones under the bus. If I were a francophone from Sault Ste. Marie (ON), Dieppe (NB) or St. Boniface (MB), I don’t know how much affection I would hold for people who show so little regard about me.

    ReplyDelete
    Replies
    1. C'est une question intéressante.

      D'un bord, les francophones hors-Québec n'ont des droits qu'en raison de la puissance démographique/politique des Québecois. De l'autre, les Québecois semblent surtout se préoccuper d'eux-mêmes. Par exemple, si on travaille à CBC au nouveau-Brunswick, nos nouvelles peuvent beaucoup plus êtres reprises par d'autres réseaux. Si on travaille à Radio-Canada, on se rend compte que Québec domine les nouvelles et que le transfert ne se fait que d'un sens.

      On peut être malcontent et haïr... beaucoup le font. Moi je ne suis pas d'accord. On peut avoir une différente opinion que les Québecois sans autant devenir raciste.

      Hors-Québec, le séparatisme est très impopulaire. Quoi de plus naturel puisque si les Québecois se séparent, nous deviendront une minorité plus petite que les Chinois de Vancouver? Difficile d'imaginer que le Canada demeurera bilingue dans cette situation, et le Canada bilingue fait partie intégrale de l'identité de plusieurs francophones hors-Québec.

      Delete
    2. Je trouve d'ailleurs fort attristant l'idée que les séparatistes Québécois, pourtant si fiers de notre langue et culture, décrient l'assimilation ailleurs au pays plutôt que de se porter garants et alliés des francophones vivant hors-Québec, lesquels, en vertu du nationalisme Québécois, sont laissés pour compte.

      Loin d'être une stratégie de survie, j'y vois un geste politiquement intéressé de la part de bon nombre de séparatistes, lequel manifeste une cruelle indifférence à l'enjeu réel.

      Delete
    3. Comme j'écrivais plus haut, les séparatistes ont intérêt à ce que ça aille mal pour les francophones hors-Québec au Canada, puisqu'ils peuvent ainsi montrer du doigt et dire "C'est ça qui va nous arriver si on ne quitte pas!"

      Si quitter veut dire qu'ils abandonnent les francophones hors-Québec à leur sort, ça devient beaucoup moins édifiant d'être nationaliste, non? C'est nécessaire de se convaincre que les francophones hors-Québec sont perdus d'avance.

      Delete
    4. C'est beaucoup plus logique que le Nouveau-Brunswick soit partionné (et la partie à majorité francophone annexée au Québec) qu'officiellement bilingue. Les Acadiens aurait dû continuer avec le Parti acadien à mon avis.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_acadien

      Ça n'a même pas rapport avec l'indépendance du Québec. Ça implique deux provinces et c'est faisable selon la constitution: le Québec qui devrait approuver à majorité ceci à l'assemblée et la majorité de l'assemblée du Nouveau-Brunswick qui approuverait d'abandonner une partie de son territoire au lieu de devoir payer pour le bilinguisme officiel.

      Et si c'était fait avant l'indépendance du Québec, ça serait beaucoup plus simple à l'intérieur du Canada de changer les frontières de provinces que d'annexer une partie d'un autre pays. Et même si le Québec restait au Canada pour toujours, ça a beaucoup plus de sens et pour les francos, et pour les anglos de se diviser la seule province officiellement bilingue que de continuer avec ce système.

      Vous préférez envoyer vos députés francophones à une assemblée à majorité anglophone au lieu de les envoyer à la très francophone assemblée du Québec? Bien plus facile d'avoir du service en français en faisant parti du Québec que de votre province actuelle.

      Delete
    5. Et pour ce qui est de l'idée d'une province acadienne, le gros bon sens dit qu'on est plus fort unis comme francophones que divisés en plusieurs provinces mais ce serait quand même un milliard de fois plus logique une province acadienne officiellement unilingue (même si ça inclut une minorité anglo) que la situation actuelle. Dans le cas d'indépendance du Québec, on pourrait toujours former une fédération si vous n'aimez pas l'idée d'un état unitaire. Le problème c'est pas le concept de fédération en tant que tel, c'est le bilinguisme. Une fédération avec une seule langue officielle c'est possible.

      Delete
    6. Il faudrait décider ce qu'on fait de Moncton et Dieppe.

      Delete
    7. And what would you do with people like Apparatchik and me who are moitié-moitié? Tear us in half too?

      Delete
    8. @ The Cat

      Sure, why not. Just stick the French part of you with the French part of Apparatchik and the English part of you with the English part of Apparatchik.

      Makes as much sense as this partition (and separation) idea.

      Delete
    9. @Roger Rabbit: LOL!

      Au sujet d'une province acadienne, l'idée est morte et enterrée depuis longtemps. On réussit à vivre ensemble en harmonie au N-B, du moins c'était comme ça quand j'y vivais encore.

      Je ne cotoyais pas beaucoup d'anglophones pendant que je vivais encore là, sauf dans mon McJob. Je n'ai jamais vu/entendu qu'une seule querelle à propos de la langue.

      Une femme est entrée et a vu que notre affiche de combos était juste en français (l'anglais était sur le tableau derrière la caisse); elle a demandé pourquoi : "After all, isn't Moncton a bilingual city now?"

      Ce à quoi j'ai répondu en plaisantant: "Well, I guess you're technically in Dieppe ma'am" (note : Dieppe est 80% francophone et notre Fast Food se situe à la frontière entre les deux)

      Elle a répondu en riant "Fair enough!" et a commandé. Crisis averted!

      Autre que ça les seuls troubles linguistiques datent du Parti COR (mais j'étais très jeune à ce moment là), et la Anglo Society.

      Delete
  37. Hear, hear, Editor... I look forward to your new posting criteria. This blog has quite evidently been diminished by the allowance of one-liner drive-byes by a certain individual, despite your obvious encouragement of constructive discussion between dissenting opinions. I also notice that "Grand Frère Pierre" has not responded to you, which is further evidence of his lack of rigour of opinion.

    ReplyDelete
  38. Vous aimez vous écoutez parler Apparatchick?Si vous enlevez tout les intervenants "troll" ou non,ce blogue retournera à sa case départ:Une demi douzaine d'anglos fédéralistes qui vont faire du bashing sur le dos des Québécois.Vous allez tourner en rond sur des question qui,depuis 50 ans,ont été débattues des milliers de fois sous des angles différents sans jamais trouver de réelles réponses.Est-ce que c'est ce que vous voulez?Vos "lecteurs" iront simplement se divertir ailleurs.

    ReplyDelete
    Replies
    1. > Si vous enlevez tout les intervenants "troll" ou non,ce blogue retournera à sa case départ:Une demi douzaine d'anglos fédéralistes qui vont faire du bashing sur le dos des Québécois.

      Quelle tristesse que de constater que vous croyez que ce conflit puisse (ou doive) aller de l'avant (seulement) par moyen de commentaires incendiaires. Pourtant, vos interventions "troll" n'enrichissent en rien le débat, lequel sévit pendant un demi-siècle avec ou sans nous, sans jamais trouver de réelles réponses.

      La dure et triste réalité, c'est que pour résoudre ce conflit sous ses différents aspects, les deux "sociétés", anglophone et francophone, devront aborder point par point chacune des revendications des deux parties, et faire de très durs compromis qui dureront plus longtemps qu'un cycle électoral. Il faut mettre cette chicane au lit une fois pour toutes.

      À mon avis (très partisane, j'avoue, mais pas sans une bonne dose de cynisme et d'observation), ce sont les séparatistes et nationalistes Québécois qui jouissent d'avantages dont ils ne méritent pas. Aucune formule égalitaire ne leur conviendra, et il y a toujours ce vieux fond revendicateur Canadien-français du temps de Duplessis (et même d'avant) qui, malgré tous les progrès phénoménaux et tangibles qu'on a faits, colore toujours le débat.

      Dernièrement, je constate avec horreur la bassesse de nos médias et les activités -- tant ouvertes que déguisées -- du contingent séparatiste à l'oeuvre au Québec. Agiter et championner l'enlèvement ou la suppression de droits d'une minorité, ça ne me fait pas chaud au coeur. En tant que société, c'est un pas vers l'arrière, qui collectivement repousse le vrai débat existentiel dur et critique que nous devrions être en train d'avoir avec nous-mêmes, et qui retarde notre réelle intégration au sein du contexte géopolitique plus large dans lequel on se trouve.

      Delete
    2. > Vos "lecteurs" iront simplement se divertir ailleurs.
      Bien que ça puisse rentrer dans la case "loisir", je ne fréquente pas ce site par pur divertissement. Ayant été moi-même élevé dans un environnement on ne peut plus bilingue, j'ai toujours su qu'il y avait peut être quelques problèmes ici et là, mais jamais au point où la situation serait tant galvaudée par des extrémistes.

      Et, quant à moi, force est de constater qu'un plus grand nombre d'extrémistes se trouvent du côté francophone et nationaliste. Vous les appelez des sonnettes d'alarme, moi je vois dans leur modus operandi des méthodes insidieuses dont l'intention est en grande partie électoraliste et dont l'objectif final est soit de nous garder dans une peur et insécurité sempiternelle, soit à effacer, chose à la fois, la réalité anglaise de cette province. Bien sûr, il y a des excès de l'autre côté de la médaille aussi. Mais ayant côtoyé du monde des deux solitudes, surtout au Québec, je remarque que la vaste majorité des gens préfère vivre et laisser vivre. La vaste majorité des en bas de 35 ans que je connais n'a pas cette rancune, cette petitesse qui vise à anéantir l'autre. Et pour moi, ça ne veut pas dire indifférence au fait français. C'est plutôt le signe d'une collectivité qui se remet d'une très mauvaise situation et qui est enfin prête à travailler avec son ancien adversaire. D'autre part, je constate que l'ancien adversaire a fait lui aussi d'énormes pas vers l'avant.

      Il faut cesser de faire du sensationnalisme médiatique avec ça. La vraie bataille n'a pas lieu lors d'affrontements publiques hautement politisés et qui passent aux nouvelles. Elle a lieu chaque fois que nous tous individuellement nous ouvrons un tantinet davantage le coeur et l'esprit pour voir ce qui vulnérabilise l'autre. Elle a lieu lorsqu'un anglo, qu'il soit de Villeray ou fraichement débarqué de Calgary essaie de communiquer avec un commerçant d'Hochelaga en français. Elle a lieu quand ce même commerçant comprend instinctivement la situation et la tolère (oui, tolère): plutôt que d'être têtu, il apprécie qu'il y a un gain à réaliser à mettre de côté une vieille rancune qui de toute façon devient de moins en moins pertinente. Et oui, elle a certes également lieu lorsqu'une communauté d'anglophones est véritablement prête à s'afficher dans les deux langues.

      Dans le fond, ce n'est pas un divertissement. C'est une question de civisme. Un civisme des plus fondamentaux qui transcende couleur, religion, langue, et tout autre référent identitaire.

      J'espère que vous finirez par comprendre cela un jour.

      Delete
    3. "À mon avis (très partisane, j'avoue, mais pas sans une bonne dose de cynisme et d'observation), ce sont les séparatistes et nationalistes Québécois qui jouissent d'avantages dont ils ne méritent pas."

      Et quels sont ces avantages que nous ne mériterions pas?

      Là est à mon avis où, malgré votre évidente intelligence, vous échouez à comprendre le Québec. Votre situation de dualité culturelle, quoique plus répandue à Montréal, est à l'échelle du Québec extrêmement rare et aucunement représentative de la vie du Québécois moyen. Idem pour votre attachement à la nation canadienne. Demandez à de jeunes québécois leur degré d'attachement au Canada pour voir.

      Sans être clos, le "débat" sur la question est à sens unique depuis des années. Plus personne avec une once de crédibilité (non Pratte, Dubuc, Gagnon ne comptent pas) n'incarne le fédéralisme sur la place publique au Québec. Peut-être Dion qui jouit encore d'une mince estime dû aux politiques vertes qu'il voulait mettre en place avec le PLC... Et je suis généreux. Ah et Benoît Pelletier, mais je le soupçonne d'être en train de changer de camp. Charest est foutu chez les francophones, et je ne donne pas cher de la peau du PLQ dans les comtés francophones pour les prochains 10 ans.

      Les souverainistes se battent contre l'inertie et l'indifférence de la population face au politique.

      Quoique je ne commente pas très fréquemment, j'aime venir lire de temps en temps et prendre le pouls de la faction plus extrémiste anglophone. Tristement, les idées de part et d'autre sont déjà bien trop campés pour qu'il y ait le moindre débat. Des modérés de bonne foi comme Michel se font insulter gratuitement. Dans ce contexte, rien de surprenant à voir l'apparition de nombreux trolls. Ceci étant dit, je salue votre détermination à garder le niveau du débat un niveau élevé.

      Au plaisir,

      (mes excuses Seppie de m'être immiscé dans la conversation)

      Delete
    4. > Et quels sont ces avantages que nous ne mériterions pas?

      1. Un état parallèle au sein d'un pays qui se donne des airs d'être un pays à part alors qu'il n'en est pas un. Le Québec est et demeure une province où le gros de la population est francophone, certes, mais de grâce, les "le-pays-du-Québec" et formulations pareilles, même dans un contexte non politique, ça montre non seulement une loyauté envers un état de fait qui est tout à fait illusoire, ça crée un fausse allure de consentement généralisé qui petit à petit revient à faire la propagande pour une cause qui n'a eu et qui n'aura jamais la sanction d'une majorité sérieuse des Québécois.

      2. Des secteurs médiatique, artistiques, pédagogique, qui jouent un rôle démesuré dans leur mandats et se font porte-paroles au soutien de la propagande nationaliste québécoise. Ceux-ci ont beau parler d'intégration de la minorité au Québec, sans vouloir eux-même s'intégrer (ou même en avoir la moindre inclinaison) à s'intégrer au sein de leurs homologues canadiens. Certains Québécois d'origine Canadienne-française commettent la grave erreur non seulement de se contenter de s'approprier d'un territoire qui ne dépasse guère les frontières du Québec, mais de persister dans leur auto-perception d'une faction persécutée sur un continent ennemi. Dès un très jeune âge, on dépeint notre histoire comme en étant une de perpétuelle résistance, alors que nos complexes sont le plus souvent le produit d'un certain courant dans toutes nos propres institutions (de la conquête à aujourd'hui) lesquelles ont immanquablement le culot de nous dire en pleine face qu'ils veillent à nos intérêts alors même qu'elles agissent de rempart contre la réalité qui nous entoure.

      > Là est à mon avis où, malgré votre évidente intelligence, vous échouez à comprendre le Québec.

      Je ne crois pas que c'est tellement que j'échoue à comprendre le Québec, mais que je vois devant moi un Québec qui a a fait de son malaise identitaire une fixation permanente. Peut être c'est mon "exposure" et mon appartenance organique et parallèle à la "mer anglo-américaine" à proximité qui me permet de le faire, mais ce n'est pas un tare; c'est un bonus bonus. Ce dualisme me permet de voir d'un oeil inquiet et critique les agissements d'un groupe ethnolinguistique qui est prêt à scier la branche sur lequel il est assis pour assurer "un mode de vie" pourtant peu monolithique et dont, à part l'élément linguistique, on peinerait à voir de vraies différences par rapport à ses voisins.

      Delete
    5. > Votre situation de dualité culturelle, quoique plus répandue à Montréal, est à l'échelle du Québec extrêmement rare et aucunement représentative de la vie du Québécois moyen.

      Je n'appuie pas la notion selon laquelle l'homogénéité superficielle, qu'elle soit linguistique ou culturelle ou outre, soit l'élément "perturbateur" ou "problématique dans un contexte social. Montréal n'est pas moins légitimement québécois du fait d'avoir une dualité culturelle qui est absente ailleurs en province. Pareillement, le Québec n'est quant à moi pas moins légitimement canadien du fait d'avoir une forte proportion d'habitants qui ont une langue maternelle qui diffère de celle des autres canadiens. Dans toute société, je crois qu'il est faux de se faire des idées sur des notions d'attachement d'appartenance ou d'attachement sur la seule base d'une intelligentsia autoproclamée aux titres de compétence qui vient me dire ce qu'il faut penser ou bien quelle cause épouser. C'est ce qu'on appelle de la fabrication du consentement, qui à mon avis devrait avoir encore moins de place dans une société libre et démocratique comme la nôtre, qu'aurait, par exemple l'anglais dans un Québec indépendant menée par, disons, un Président Patrick Bourgeois ou un premier ministre Louis Préfontaine.

      > Demandez à de jeunes québécois leur degré d'attachement au Canada pour voir.

      Par symétrie, demandez à de jeunes anglophones Québécois (les quelques centaines de purs et durs unilingues) leur degré d'attachement au Québec. Même problème: c'est toujours la **perception** d'inclusion/d'exclusion distortionné et qui reflète peu ce qui, compte tenu des circonstances, devrait être le cas.

      Delete
    6. > Plus personne avec une once de crédibilité [...] n'incarne le fédéralisme sur la place publique au Québec

      What does Québec really want? La question se pose depuis toujours et la réponse semble changer avec le temps. Frileux, somme nous, tout en tergiversant sur ce à quoi ressemblerait la situation idéale. À bien y penser, c'est parce que même les francophones d'origine Canadienne-française sont loin d'être un groupe monolithique là-dessus. Le lendemain du "grand soir" est et demeure un grand flou autant pour pour le felquiste, l'artiste, le militant, et le politicien. Moi en tant que Québécois, je n'aime pas trop l'idée de jouer à la roulette russe avec la stabilité relative dont je jouis. Idem, parait-il, pour bon nombre même de nationaliste.

      > Les souverainistes se battent contre l'inertie et l'indifférence de la population face au politique.

      Encore une fois, quessé que ça va me donner, moi, lorsqu'ils se seront battus contre l'inertie et m'auront enlevé un pays que je comprends et l'auront remplacé par un autre à l'image d'une idéologie que je trouve insécurisée et insécurisante?

      > j'aime venir lire de temps en temps et prendre le pouls de la faction plus extrémiste anglophone.

      Exception faite de quelques intervenants ici (surtout ceux hors-province), ce que tu lis ici n'est aucunement extrémiste. Si tu prends la peine de lire le message qui s'y dégage, peut-être finirez-vous par comprendre qu'un vivre-et-laissez-vivre vaut mieux que deux le-Québec-aux-Québécois.

      > Des modérés de bonne foi comme Michel se font insulter gratuitement. Dans ce contexte, rien de surprenant à voir l'apparition de nombreux trolls.

      Michel n'est pas un modéré. Tout comme moi, d'ailleurs, il est, à sa façon, campé sur sa position et ses idéaux, lesquels ne font pas l'unanimité ici. Louis Préfontaine a eu le culot de m'appeler l'ennemi du peuple Québécois; m'en suis-je insurgé? Non. Au bout de quelques tentatives à m'exprimer sur son blogue (suivi de son refus de publier plusieurs de mes commentaires qui respectaient à la lettre sa nétiquette), j'ai fini par dire que je n'écrirais plus pour me faire museler. Simple.

      Et comme le veut ma philosophie tant au centre d'achats que dans nombre d'autres contextes, quand on ne me sert pas comme bon me semble, je ne dépose pas de plaintes anonymes; je m'en vais tout simplement ailleurs.

      Delete
    7. (mes excuses pour les nombreuses fautes de grammaire effroyables et du nombre de problèmes de copier-coller inusitées ci-dessus. Dans l'avenir, j'éviterai rédiger de commentaires à partir d'un téléphone (pas si) intelligent avec son écran minuscule muni d'un stylet...)

      Delete
    8. Apparatchik,

      >mais de grâce, les "le-pays-du-Québec" et formulations pareilles, même dans un contexte non politique, ça montre non seulement une loyauté envers un état de fait qui est tout à fait illusoire

      Louis Hémon parlait de "Pays de Québec" dans Maria Chapdelaine au début du 20ième siècle. Des décennies avant que tout mouvement souverainiste crédible voit le jour. Ça a toujours été. Le Québec n'a jamais eu besoin du Canada pour s'identifier. Si quelque chose devrait vous outrer, c'est bien le Oh Canada; un des documents les plus résolument nationaliste des annales québécoises. Je ne vois rien d'illusoire là-dedans.

      >Ceux-ci ont beau parler d'intégration de la minorité au Québec, sans vouloir eux-même s'intégrer (ou même en avoir la moindre inclinaison) à s'intégrer au sein de leurs homologues canadiens.

      Pourquoi le Québec s'intégrerait au Canada? Le Canada est une fédération, non un état-nation.

      >Des secteurs médiatique, artistiques, pédagogique, qui jouent un rôle démesuré dans leur mandats et se font porte-paroles au soutien de la propagande nationaliste québécoise.

      Tant que le Québec fera partie du Canada, il y aura de la propagande nationaliste québécoise et de la propagande nationaliste canadienne. Pas beaucoup de surprise ici.

      >Certains Québécois d'origine Canadienne-française commettent la grave erreur non seulement de se contenter de s'approprier d'un territoire qui ne dépasse guère les frontières du Québec, mais de persister dans leur auto-perception d'une faction persécutée sur un continent ennemi.

      To each his own. Personnellement, je ne considère pas que le Rocher Percé "m'appartienne" plus ou moins que les fameuses Rocheuses ou les Monts Oural. Pour le sentiment de persécution, oui, il est bien réel parmi les plus vieilles générations, mais je perçois que c'est en train de disparaître. On trouve rarement écho à ces sentiments chez les jeunes générations.

      Concernant vos craintes et appréhension concernant un hypothétique "Oui", je vous invite à lire le projet de constitution québécoise de 1995 dévoilé par le PQ hier [tinyurl.com/86t276w].

      >Montréal n'est pas moins légitimement québécois du fait d'avoir une dualité culturelle qui est absente ailleurs en province. Pareillement, le Québec n'est quant à moi pas moins légitimement canadien du fait d'avoir une forte proportion d'habitants qui ont une langue maternelle qui diffère de celle des autres canadiens.

      Entièrement d'accord.

      Pour ce qui est de la notion d'attachement aux identité canadienne et québécoise, je vous réfère à un article de Lisée (le lien de The Gazette est désactivé et le sondage est introuvable sur Léger Marketing) sur la question: http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/la-decanadianisation-du-quebec-saccelere/7024/. Spin doctor devant l'éternel, mais le fond est là.

      Les propos ici sont extrémistes par rapport aux propos des anglos que je côtoie (oui on parle de ces questions à l'occasion) et de ma connaissance du Québec anglo. Admis que je côtoie principalement des jeunes dans la vingtaine.

      Quant à votre éthique de blog, je la salue encore une fois; vous ne me verrez pas défendre les trolls.

      Un pourrait partir un tout autre débat sur la soi-disant intelligence des téléphones ;).

      Delete
    9. > Louis Hémon parlait de "Pays de Québec" dans Maria Chapdelaine au début du 20ième siècle.

      Si seulement on réussissait à voir plus loin que la mariachapdelainisation qui hélas est trop profondément enracinée chez certains d'entre nous pour les mauvaises raisons.

      Le problème, quant à moi, ce n'est même pas tellement le fait de s'être identifiés collectivement à une notion pastorale et bucolique de notre passé. C'est plutôt le fait de s'en tenir, dans notre imaginaire collectif, à cette seule et même image pour définir ce que nous sommes et devrions être.

      Le monde de Maria Chapdelaine peut certes raisonner chez la plupart de ceux d'entre nous, d'ascendance Canadienne-française, pour qui cette valorisation d'un certain traditionalisme trouve écho dans une idéalisation de ce que nous devrions être.

      Pourtant, je n'en suis pas d'accord. Le portrait idyllique que brosse Louis Hémon dans son roman ne représente pas la SEULE réalité de notre province et de notre pays de cette même époque, et il serait faux d'en conclure autrement. Montréal, par exemple, était un univers à part, et connaissait un essor spectaculaire à cette époque.

      Tout comme je déplore la sur-montréalisation du RoQ comme tendance politique et culturelle, je déplore le sur-RoQage de Montréal pour les mêmes raisons. Leur réalité n'est pas nécessairement notre réalité, et il faut bien tenir compte de ces deux contextes pour en arriver à une appréciation éclairée.

      C'est une pratique que je déplore partout, en fait, car en mettant tout sur un même pied d'égalité, on finit par dénaturer la réalité qu'on tente véritablement de comprendre.

      Notons que nos Américains tant-aimés ont eux aussi une tendance à percevoir leur passé au travers leur Gone With the Wind ou bien un dessin de Norman Rockwell. Pas plus impressioné.


      > Si quelque chose devrait vous outrer, c'est bien le Oh Canada

      Et pourtant, j'aime beaucoup plus les paroles en français qu'en anglais. L'hymne national ne m'outre pas (et même pas Gens du pays, si votre réflexe instinctif irait dans ce sens). Étant moi-même naturellement peu réceptif à une notion de patriotisme axée sur le nationalisme, mais plutôt sur un engagement d'interdépendance entre humains (et ça vaut non seulement chez nous, mais partout au monde), j'aime bien ces chansons. Pourquoi? Parce qu'avant tout, ce sont des odes à la valeur, au courage, et à un dévouement à la fois civique et humain. Oui, j'aime bien ces chansons pourtant récupérées politiquement (qui en passant est l'élément qui m'outre le plus).

      Pour ce qui est du Ô Canada, suis-je tellement outré? Pas tant que ça finalement; on aurait pu avoir un hymne national poche. Une preuve comme quoi tout le Canada peut bénéficier de notre façon de voir certaines choses.

      > Pourquoi le Québec s'intégrerait au Canada? Le Canada est une fédération, non un état-nation.

      Une fédération mécaniquement imparfaite si on s'en tient aux mécanismes et aux usages, mais peu importe. Là où je mets l'accent, c'est que par définition les Québécois SONT des Canadiens. Culturellement, économiquement, géographiquement, météorologiquement, religieusement... Si nous faisions partie d'une entité qui discriminait contre nous en nous permettant pas de jouir des mêmes droits que tous les autres membres de cette même entité, là je serais d'accord qu'on ferait des revendications qui seraient très justifiées. Mais ce n'est pas le cas (même pas socioéconomiquement depuis quelques décennies maintenant) chez nous. À la lumière des faits, cette question linguistique obsède inutilement trop certaines personnes.

      Delete
    10. > Louis Hémon parlait de "Pays de Québec" dans Maria Chapdelaine au début du 20ième siècle.

      Si seulement on réussissait à voir plus loin que la mariachapdelainisation qui hélas est trop profondément enracinée chez certains d'entre nous pour les mauvaises raisons.

      Le problème, quant à moi, ce n'est même pas tellement le fait de s'être identifiés collectivement à une notion pastorale et bucolique de notre passé. C'est plutôt le fait de s'en tenir, dans notre imaginaire collectif, à cette seule et même image pour définir ce que nous sommes et devrions être.

      Le monde de Maria Chapdelaine peut certes raisonner chez la plupart de ceux d'entre nous, d'ascendance Canadienne-française, pour qui cette valorisation d'un certain traditionalisme trouve écho dans une idéalisation de ce que nous devrions être.

      Pourtant, je n'en suis pas d'accord. Le portrait idyllique que brosse Louis Hémon dans son roman ne représente pas la SEULE réalité de notre province et de notre pays de cette même époque, et il serait faux d'en conclure autrement. Montréal, par exemple, était un univers à part, et connaissait un essor spectaculaire à cette époque.

      Tout comme je déplore la sur-montréalisation du RoQ comme tendance politique et culturelle, je déplore le sur-RoQage de Montréal pour les mêmes raisons. Leur réalité n'est pas nécessairement notre réalité, et il faut bien tenir compte de ces deux contextes pour en arriver à une appréciation éclairée.

      C'est une pratique que je déplore partout, en fait, car en mettant tout sur un même pied d'égalité, on finit par dénaturer la réalité qu'on tente véritablement de comprendre.

      Notons que nos Américains tant-aimés ont eux aussi une tendance à percevoir leur passé au travers leur Gone With the Wind ou bien un dessin de Norman Rockwell. Pas plus impressioné.


      > Si quelque chose devrait vous outrer, c'est bien le Oh Canada

      Et pourtant, j'aime beaucoup plus les paroles en français qu'en anglais. L'hymne national ne m'outre pas (et même pas Gens du pays, si votre réflexe instinctif irait dans ce sens). Étant moi-même naturellement peu réceptif à une notion de patriotisme axée sur le nationalisme, mais plutôt sur un engagement d'interdépendance entre humains (et ça vaut non seulement chez nous, mais partout au monde), j'aime bien ces chansons. Pourquoi? Parce qu'avant tout, ce sont des odes à la valeur, au courage, et à un dévouement à la fois civique et humain. Oui, j'aime bien ces chansons pourtant récupérées politiquement (qui en passant est l'élément qui m'outre le plus).

      Pour ce qui est du Ô Canada, suis-je tellement outré? Pas tant que ça finalement; on aurait pu avoir un hymne national poche. Une preuve comme quoi tout le Canada peut bénéficier de notre façon de voir certaines choses.

      > Pourquoi le Québec s'intégrerait au Canada? Le Canada est une fédération, non un état-nation.

      Une fédération mécaniquement imparfaite si on s'en tient aux mécanismes et aux usages, mais peu importe. Là où je mets l'accent, c'est que par définition les Québécois SONT des Canadiens. Culturellement, économiquement, géographiquement, météorologiquement, religieusement... Si nous faisions partie d'une entité qui discriminait contre nous en nous permettant pas de jouir des mêmes droits que tous les autres membres de cette même entité, là je serais d'accord qu'on ferait des revendications qui seraient très justifiées. Mais ce n'est pas le cas (même pas socioéconomiquement depuis quelques décennies maintenant) chez nous. À la lumière des faits, cette question linguistique obsède inutilement trop certaines personnes.

      Delete
    11. Apparachik,

      "C'est plutôt le fait de s'en tenir, dans notre imaginaire collectif, à cette seule et même image pour définir ce que nous sommes et devrions être."

      J'avoue avoir de la misère à saisir votre propos. Vous croyez que les Québécois d'aujourd'hui réfèrent à ces images bucoliques pour se définir et vous le déplorez. Non seulement je suis loin de faire le même constat que vous, mais n'étiez vous pas celui qui défendait le fait de se définir en tant que Canadien-Français plutôt que Québécois. Il n'y a rien de superficiel dans la façon dont l'ont cherche à s'identifier.

      "Tout comme je déplore la sur-montréalisation du RoQ comme tendance politique et culturelle, je déplore le sur-RoQage de Montréal pour les mêmes raisons. Leur réalité n'est pas nécessairement notre réalité, et il faut bien tenir compte de ces deux contextes pour en arriver à une appréciation éclairée."

      De ce que je comprend, vous déplorez l'intégration de Montréal au Québec? Position bien singulière si elle s'avère.

      Les contextes de Montréal et du ROQ sont différents certes, mais je ne vois pas pourquoi on chercherait à les dissocier davantage qu'ils ne le sont actuellement. Comme je ne vois pas pourquoi on chercherait à dissocier davantage Vancouver du reste de la Colombie-Britannique. Une recette pour de l'incompréhension et de la haine.

      "Étant moi-même naturellement peu réceptif à une notion de patriotisme axée sur le nationalisme, mais plutôt sur un engagement d'interdépendance entre humains (et ça vaut non seulement chez nous, mais partout au monde)"

      C'est précisément pour la raison que vous évoquez que le que le terme Canadien-Français est devenu ringard.

      "Là où je mets l'accent, c'est que par définition les Québécois SONT des Canadiens."

      ...Et par définition les Tibétains SONT des Chinois; les Catalans SONT des Espagnols; les Écossais SONT des Britanniques; les Corses SONT des Français; les Tchétchènes SONT des Russes. Ça prouve quoi? Les frontières sont créées par les hommes pour les hommes (avec toute l'hommerie que ça implique bien entendu). Rien n'est immuable.

      Le Canada a eu près de 150 ans pour intégrer le Québec. La greffe n'a manifestement pas "prise" malgré tout ce temps. On fait quoi?

      Delete
    12. Ouf, mes excuses pour les fautes d'orthographe et de ponctuation. Et je n'ai même pas l'excuse du téléphone! :)

      Delete
  39. I don't agree with the point you are making, but since you made it cogently and in a non-troll-like manner, your comment is published.

    Everybody can comment including yourself as long as the point of the comment is a have a point of view published and to engage in honest debate.

    Trolls comment to disrupt and it will not be tolerated.

    You know very well what a troll comment is and I see you've made an effort with the above post.
    If you think our readers will run away to read the trolls, which you think that they enjoy so much, I think you are mistaken.

    Contrary opinions are always welcome, in English and in French.

    Trolls and drive-bys....not so much.

    ReplyDelete
  40. I have a question I would like to throw out there.

    Why does the separatist movement seems to support the students' protest against tuition increase?

    My suspicion is that the support is no more than 'enemy of my enemy' reaction. As Jean Charest and his government are federalist and will not support Quebec independence, they are the enemy. As the protesting students are against Charest government, they are allies. However, are they?

    What good is the objective of the students' protest to independent Quebec? I say nothing. While there are theories that independent Quebec may or may not be richer than current condition, one thing is clear. The students' demand will be another expense that the new government will need to address. Further, never mind independence. The demand will be a burden for the provincial PQ government if they get elected. I am not sure Marois government will be able to find other revenue stream without rendering the system fiscally unfriendly and noncompetitive.

    ReplyDelete
    Replies
    1. They are trying to convert a new generation of students into separatists. If the students believe the PQ is with them, they might vote for them in the future or at least help them try to win an election. Any disruption to the Liberal campaign may help the PQ.

      I am not too convinced of that though, as the Liberals have gone up a few percentage points in the last poll and the CAQ is down to 18%.

      Delete
    2. > Why does the separatist movement seems to support the students' protest against tuition increase?

      It's a cynical "gagauche" ploy for students' sympathies, knowing that a provincial election is soon to be in the offing and hoping to reap political hay from the indignation they expect students to feel.

      It's a classical exploit-the-anger tactic in a hope to win back young peoples' support for the PQ and, it is hoped, separation. Charest isn't helping matters or himself (or is he?) by behaving as openly unfazed as he is.

      > As the protesting students are against Charest government, they are allies. However, are they?

      Have Pauline or François (forget Amir) come out and taken a firm stand against increasing tuition (or rather, promising to repeal all the tuition increase) if they form the government in the next legislature? What about those students demanding a free undergraduate degree?

      > The students' demand will be another expense that the new government will need to address.

      Which one? The part where they say that nearly doubling tuition in three years is tantamount to a hijacking, and they demand a lower increase over a longer period of time? Or the part where they say all schooling ought to be free?

      > Further, never mind independence. The demand will be a burden for the provincial PQ government if they get elected

      Tax somewhere else! Sweep it under the rug! Quebec is a unique case and has made unique choices.
      (Seriously though, I'm just as curious as you are).

      Delete
    3. From obnoxious to pompous.

      Vigile's calling it a "Quebec Spring."

      Much as I think the 75% in 3 years is too much too fast, this leftist separatist rhetoric has really gotten theatrical.

      Delete
    4. "Much as I think the 75% in 3 years is too much too fast"

      En même temps, le Québec n'est pas la province qui peut se permettre de payer de l'éducation si cheap...

      Encourager les gens à étudier, soit. Donnez-leur un crédit d'impôt s'il obtienne une job reliée à leur domaine et restent au Québec, sur 5 ans. Ne payez pas pour que des flots qui ne savent pas quoi foutre de leur vie aillent perdre leur temps en psycho 101 perpetuellement.

      Delete
    5. > Ne payez pas pour que des flots qui ne savent pas quoi foutre de leur vie aillent perdre leur temps en psycho 101 perpetuellement.

      Je ne voulais pas qu'on aille là, mais je suis bien heureux que quelqu'un d'autre l'ait dit.

      Je me demande s'il y a une vraie représentativité proportionnelle dans ces manifestations étudiantes avec le nombre d'inscrits, par exemple, en socio, psycho, droit, médecine, musique, finance, et génie. En tout cas, je ne retiendrai pas mon souffle.

      Delete
    6. Roger Rabbit,

      They are trying to convert a new generation of students into separatists. If the students believe the PQ is with them, they might vote for them in the future or at least help them try to win an election. Any disruption to the Liberal campaign may help the PQ.

      I suspect that too. However, if it is true it is not such a smart strategic move on PQ's side.

      Let us say that the move works. Election come, students vote PQ as their allies. That means PQ must be the one who lowers / abolishes the tuition. How is the new government going to pay for it? It is a short-term gain for long-term problem that the new government will need to dig itself out.

      Delete
    7. Hi Troy,

      Well, to tell you the truth, I don't think the PQ actually thinks that far ahead. It's all electoral politics. Marois didn't say that she wouldn't raise tuition, just that she would cancel the increase and then "negotiate" with the student unions (even though the Liberal government asked them to come to the negotiating table before the strike and they didn't unless the government agreed not to increase tuition). She just wants to get elected and will say almost anything so that she can get to her ultimate goal: wasting more of our tax dollars "convincing" people to votes yes to a referendum.

      Just as an aside, student union is a bit of a misnomer. They are not working and earning wages, so it should not be called a student "union." The way they vote in these "unions" is by show of hands instead of how it should be, by secret ballot, so, as you know, people who don't agree with a "strike," are intimidated into shutting up and not voicing their opinion. This is a very antiquated and manipulative way of doing things but I guess the help of the corrupt unions in the province is teaching them something. Oh that and how to destroy property.

      As for the PQ not being able to find money, you've got that right. With the coming decrease in equalization payments (really, does any intelligent person think it's going to remain the way it is), whoever is in power may have to find 3 billion dollars more. Where are they going to find that, when our gas tax is the highest in the country, as is our income tax in the higher tax brackets?

      Whoever is in power next time will have to make some serious choices or we will end up in the same situation as Greece.

      Delete
    8. Roger Rabbit,

      Just as an aside, student union is a bit of a misnomer. They are not working and earning wages, so it should not be called a student "union." The way they vote in these "unions" is by show of hands instead of how it should be, by secret ballot, so, as you know, people who don't agree with a "strike," are intimidated into shutting up and not voicing their opinion. This is a very antiquated and manipulative way of doing things but I guess the help of the corrupt unions in the province is teaching them something. Oh that and how to destroy property.

      Agree completely. There is no such thing as student union. It is just merely an association. There is no employment contract between a student and his university and there is no collective bargaining agreement between the union and the university. Therefore, I do not think that the strike mandate from the union is legally bounding.

      Come to think of it, students do not do strike. They are not working. So what they do is just not attending class, which is their right. It is also the university's right to drop them out if they do not finish their courses in the allocated time. For me, their walking out of the class then ask the university to give them special dispensation is the example of how they think they can have their cake, eat it, keep some in the fridge and have their friends feast with the cake.

      Delete
    9. Les "Student Unions" n'existent pas qu'au Québec, en passant. Quand j'étais étudiant gradué en Ontario, nous faisions partie de CUPE. Je crois qu'ils sont allé en grève il y a quelques années...

      Mais, alors, les étudiants gradués sont effectivement payés, donc j'imagine que ce n'est pas la même chose.

      Delete
    10. Troy wrote: Come to think of it, students do not do strike. They are not working. So what they do is just not attending class, which is their right. It is also the university's right to drop them out if they do not finish their courses in the allocated time. For me, their walking out of the class then ask the university to give them special dispensation is the example of how they think they can have their cake, eat it, keep some in the fridge and have their friends feast with the cake.

      The students need a reality check. What they are doing is really a walkout, which like you say is their right. However just like anything else, there are consequences to actions. If for example, workers strike and are intransigent, a company, after a while, might get fed up, close operations, and move to another location and those workers will be out that job.

      So, if the students walkout and miss months of class, here is a life lesson for them: you miss class, you can't pass the course, you fail, and have to retake the course, which will cost you more. At least you can learn that.

      >Yannick said: Les "Student Unions" n'existent pas qu'au Québec, en passant. Quand j'étais étudiant gradué en Ontario, nous faisions partie de CUPE...
      Mais, alors, les étudiants gradués sont effectivement payés, donc j'imagine que ce n'est pas la même chose.


      Okay, vous avez raison, mais je ne crois pas que tout les etudiants en greve sont des etudiants gradues et je pense que les representants des associations des etudiants ont fait un erreur de jugement en disant qu'il n'acceptait pas un augmentation des frais de scholarite au debut de cette situation. S'il disait au debut qu'ils accepteraient un plus leger augmentation, je pense qu'il y aurait plus d'appui pour les etudiants. Maintenant avec tout le violence que je vois, je suis pret a supporter la ligne dur de gouvernment Charest, meme si je n'etait pas un grand fan d'eux autres. La violence aux offices des ministeres, aux ecoles, avec les etudiants qui ne supportent pas le greve, et au Metro me laisse un mauvais gout...je ne sais pas l'expression en francais..."a bad taste in my mouth"

      Delete
    11. "a bad taste in my mouth" = "un arrière-goût désagréable" :)

      Je suis d'accord avec vous, j'étais.. comment dire en français, nitpicking?

      Delete
    12. LOL

      Je ne sais pas si c'est un mot commun ou non mais,
      Nitpicking selon le dictionaire en ligne Reverso est : être pinailleur

      Delete
    13. Oh et merci pour la traduction, Yannick! (:

      Delete
    14. Intéressant... le sens litéral de "nitpicking", c'est d'enlever les poux mais le sens figuratif (à part d'être "pinailleur" ou "tatillon"), c'est de "couper les cheveux en quatre" (ou bien pour être plus cru, "enculer les mouches").

      Delete
    15. J'aimes bien "s'enfarger dans les fleurs du tapis" moi-même, c'est un peu moi dégeulasse.

      Delete
  41. More typical French-militant bias/brainwashing...

    http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/04/20120413-065558.html

    The real irony is that the victim went to see a movie in English...

    ReplyDelete
    Replies
    1. Suis-je intolérant de ne pas considérer comme Québécois les gens qui vivent au Québec et qui traitent les autres de «fucking Quebecers» alors qu'ils s'excluent eux-mêmes?

      Faudrait le rappeler à ceux qui disent que tout le monde au Québec est Québécois et que de questionner ceci est intolérant même lorsque qu'on a affaire à quelqu'un qui insiste qu'il n'est pas Québécois.
      Je me souviens d'un anglophone (je ne dit pas que tous les anglophones ne se considèrent pas Québécois) qui avait dit à la télévision lors d'une fête du Canada: il y a toutes sortes de gens ici, même des Québécois!
      Pourtant ne sont-ils pas tous Québécois puisqu'ils vivent au Québec?

      Delete
    2. Yes, you are intolerant.

      Franco-Quebecers have spent decades co-opting the term Québécois for themselves, having it refer to ethnic nationalism rather than civic nationalism, so there’s no surprise that confusion now reigns.

      Delete
    3. > Franco-Quebecers have spent decades co-opting the term Québécois for themselves

      French-Canadian is a perfectly accurate and descriptive term. I don't feel disparaged using it to refer to part of my own ancestry, and I don't consider it besmirching in any way to my Quebecness to use a term that contains the word "Canada" in it.

      This recent historical and indeed theatrical and oppositional indignation toward anything with even the word Canada in it is fabricated, nursed, and exploited by and for people taking aim at the wrong problems.

      Irrespective of how much we might love or hate who happens to be in charge at any given time, we aren't governed by a single level of government, so the idea that one level of government alone alone speaks (or speaks more, or better) for us as citizens than the other, especially in our early 21st-century context is ludicrous.

      One important task ahead will need to be to vociferously and permanently disabuse part of our nationalist establishment of this notion.

      Delete
    4. As soon as I hit "Enter", I realized I should have started that sentence with "Some".

      But indeed, it is dismaying to buy a box of cookies or something that say "Proudly Canadian" on one side and "Fièrement d'ici" on the other... um, yeah, sure you are.

      Delete
  42. About my previous post - I want to make it clear that I do think the Anglo employees were being bummish jerks (at least from the information given), but the way the story is written (and possibly the victim's behaviour) makes it clear that they're trying to make it look like the issue here was the heretical crime of refusing to give service in French, rather than just a bunch of kids misbehaving.

    ReplyDelete
    Replies
    1. It is the law that french service is to be provided, though. That man was well within his rights to complain, both to the employees and to management.

      Delete
    2. Of course, boorish behaviour such as putting one’s feet up on the cinema chairs should not be tolerated. Of course, the idiotic employees should have simply repeated their instructions in French. Of course, the man was well within his rights to complain. And also, of course, by attending an English movie in an English cinema and suddenly “forgetting” that he speaks English perfectly well and then pulling out the “blah blah… 101!!!” card, he knew perfectly well was he was doing, which was deliberately inviting confrontation.

      Delete
    3. "And also, of course, by attending an English movie in an English cinema and suddenly “forgetting” that he speaks English perfectly well"

      I didn't know that the service purchased had any bearing on courtesy. Will the lady at Chapters also refuse to serve me in french on the basis that the books I'm buying are english?

      Delete
    4. Of course not. But if you start hollering about 101 rather than being civil, you are deliberately being confrontational.

      Delete
    5. The Cat is right here. The thing is, it was indeed within the victim's rights to complain, and the employees were being complete idiots. But he was indeed probably trying to raise a ruckus, and predictably the news story is making him look like a complete, flawless hero and probably trying to make you think that the culprit here is disrespect for our sacred Bill 101 instead of a couple of employees acting stupid.

      Could he have been an OQLF mole...? Most people who aren't language fanatics would just obey the employees and be done with it, instead of (deliberately?) trying to create another sensationalist story about how our French language is in danger.

      Delete
    6. I didn't take the impression from the article that he started hollering 101 instead of being civil. I have the impression that he lodged a complaint after trying civility. Unfortunately, as you say, the article (and articles in general) are not very good at providing facts and details.

      Throwing middle fingers and calling someone a "fucking XXXXXer" is exceedingly intolerant. Just replace "Quebecker" with anything to see it. It's more than just a "couple of employes acting stupid". One of the two threathened to get physical. To say that this is unnacceptable behaviour under any circumstance is the understatement of the century.

      If, for instance, the story was about a homosexual man who gets middle fingers waved at him and called a "fucking fag" by two non-related employees after complaining to a third, some would have no qualm about a lawsuit for discriminatory behaviour.

      In my mind the nature of the customer's complaint is pretty irrelevant.

      Delete
    7. Yawn. I've been called worse things than a Canadian, a Quebecer, or a Montrealer.

      Delete
    8. @ Apparatchik

      Yes but have you been called a "f****** Quebecker?" lol
      That's as bad as being called a "f***** Ontarian!"
      Horrible, isn't it?

      Seriously, though, if that's the worst thing that you've been called in your life, I don't think you've had that bad a life at all.

      As a visible minority, I may have been called something or the other a few times (who knows maybe I can count the number of times on one hand that it's happenned, I don't really keep track), but I don't cry about it. I know it says more about the other person than it does about me.

      Oh and I think one time, someone in a family of language extremists, mutterred "maudite anglais" within earshot so that I could hear but really it had no effect on me. Why would I care what a bunch of inbreeds think? lol

      Delete
    9. Roger,

      Vous avez raison ce n'est pas une insulte si insultante en soi, il y a beaucoup pire. Je crois que ça démontre tout de même de l'intolérence, au contraire de se faire traiter d'idiot, par exemple. Mais vous laisseriez-vous insulter par des employés d'un cinéma d'une façon ou d'une autre? Moi aussi j'aurais porté plainte.

      Delete
    10. Yan,

      C'est vrai que le personne a le droit de porter plainte mais honnêttement, le gars n'est pas de bon foi quand il mets ses pieds sur la chaise et puis dit "On est dans le Québec. On parle francais ici." Il cherchait de problème et toujours c'est ces infantiles separatistes qui font des choses comme ça.

      Si je dis a les personnes "On est dans le Canada. Il faut parler anglais ici," il y aura un très mauvais réaction aussi.

      Il faut souvenir qu'on parle d'un cinéma avec des personnes qui font le salaire minimum, probablement c'était un enfant de 16 ans qui a dit "F***** Quebecker." Je suis même d'accord avec le personne qui a dit ça, mais il faut pas le dire si on travaille là bas.

      Et ça fait les nouvelles dans un grand metropolis comme le Montréal avec presque 4 millions personnes? Qui a téléphoner TVA? Est-ce qu'ils étaient déjà là, les caméramans? Vraiment! Un histoire comme ça au télé est stupide!

      Delete
    11. The more I think about it, the more I’m convinced that a yob who puts his feet up on the seats while out on a date must surely have been nothing but sweetness and light in explaining his unfortunate predicament at not understanding instructions (even though a grunt should have a sufficed). Surely, this fine, young, upstanding citizen was not being provocative in the least while reminding the employees what Quebec’s official language is.

      Never in my life have I witnessed any teenaged cinema ushers get even slightly miffed about anything at all so I am puzzled as to what it is about the gentle and mild-mannered moviegoer’s behaviour that could possibly have enraged them so.

      No doubt the fine journalist made every effort to find out the other side of the story before publishing her one-sided, incendiary piece. Or perhaps not, since that might require some, you know, actual journalism. Not to mention that a balanced story might not fan the flames of language tension sufficiently enough.

      Come to think of it, in my experience, people who feel the need to bring up Bill 101 in conversation in order to justify their behaviour are rarely, if ever, civil about it. The letter was very nicely written, though.

      Delete
  43. I just wanted to add something about the Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ)...now students think about this for a min; I am a municipal blue collar employee and my union dues run me 25$ per week I work, that equals 1300 a year, hmmmm about the same amount as the tuition hike. So instead of the money going to better education for all you will be giving your money to union bosses to renegotiate your collective bargaining agreement ever 3 to 4 years.

    ReplyDelete
  44. Speaking of hockey...

    I watched the Women's World Hockey Championship last night. Congratulations to Team Canada for the gold and thank you for the exhilarating game. But really, USA and Canada are the only teams worth mentioning in the game. I may not like it, but I will understand if IOC decides not to play women's hockey at the Olympics.

    I got to think after the game. Why nobody from the separatist movements go after the best women hockey club in the world, the Montreal Stars? No matter how one cuts it, stars is an English word that is never francisized. Seeing all the brouhaha regarding Sherbrooke Phoenix, I can not help wondering how the Stars survive all these years untouched. Or is it because they are girls they do not matter?

    ReplyDelete
    Replies
    1. I don't know that we should be mentioning that. There are some people who are so extreme as to take what you write and cause problems by lodging complaints about women who have to pay to play their game. If anyone does do that, they are in serous need of a life.

      And, as you did, I congratulate the Women's Team for winning the gold against the US.

      Delete