Friday, August 27, 2010

How to Make the Monteal Canadiens More French (Humor)

Having written about George Le Gal's plan to make the Montreal Canadiens organization more French and having read some of the comments under my post- "Heaven help the Montreal Canadiens," I'm inspired to contribute these ideas to help the team become more like their fan base.

Thanks to commenter 'Doctor Dave' for offering a new name for the arena. No need for a public contest, his suggestion is perfect!
The 'Bell Centre' can be changed with little effort to "Centre Belle Province"

It would be a perfect fit. The Quebecois restaurant chain could pay for exclusive food rights and traditional "Quebecois' food items can help maintain Quebec culture. No more 'foreign' foods like 'pizza' or 'smoked meat.'

The five essential Quebec food groups would be maintained, including Hot Dogs, Fries, Poutine Sauce and Curd Cheese in addition to Pepsi, to wash it all down!

In addition;
  • All referees, as well as minor officials will have to be Quebecois. Penalties assessed to francophone players to be 20% shorter to correct historical discrimination.
  • All retired sweaters representing Anglophone players are to be un-retired and their pennants removed from the rafters. Rookies shall be assigned these freed up numbers on a first come first served basis. 
  • Players who come from Europe will be required to francisize their name following the example of Alexi Kovalov who became 'Alex.' Markov could easily change his name to André (à la 'Dawson')
  • Spanish Ole!-Ole!-Ole!-Ole! chant to be replaced by Pou-Tine! Pou-Tine! Pou-Tine! Pou-Tine
  • Same for end of game singing of  "Sha Na Na, Sha Na Na, HEY! HEY! Good Night!" to be changed to "Bon Nuit!"
  • Within two years all Puck Bunnies are to be 50% +1 Francophone.
  • In order to familiarize hockey wives to their role in Quebec society, Stripper Poles are to be installed at no charge in the basements of their homes. Wives can view special videos that can teach them how to talk like a Quebecoise. Like this.  The team could also prepare a neat little phrasebook for wives having to deal with those pesky Puck Bunnies. Entitled "Tabarnak duh plot Sal" it can prove invaluable when words don't come easily.
    •  Fans would be encouraged to purchase the new 'official' snack of the Belle Province Centre, a Pepsi and a Mae West Ouest. An introductory low price of $14.95 14,95$ to be offered for a limited time only.
    • The Quebec government would create its own video replay centre in Montreal, so as not to be dependent on those biased Toronto replay decisions. 
    • Key on-ice positions, like goalie, to be reserved for francophones and player ice time to be strictly regulated by language
    • No way around it, the familiar red uniforms will have to be changed to blue. Perhaps a trade can be engineered with the Toronto Maple Leafs to switch colours.
    • Two of the three 'STARS" of the game to be reserved for francophones.
     and if all else fails.............

    Any suggestions?

    BTW- Check out How the Habs can improve their on-ice product!

    37 comments:

    1. Le gars de Mississauga a dit...

      Chien chaud, poutine et Pepsi...et May Ouest pour le dessert. The real dessert would be the just one...the heart attack on the other side of that meal. All the fat and none of the nutrition. Before too long you'd have the whole spectatorship in the cardiac unit at the Montreal General, Royal Vic, Hôtel Dieu and every hospital in or about the downtown area!

      To save time, there could be nurses inserting the cholesterol intravenously. All the artery clogging stuff without all the calories!

      Actually, when the Leafs come to town, they should have to change the lettering on their jerseys to "Les feuilles d'érables de Toronto", NY Rangers to Les Rangers, Les Rois de Los Angeles, etc. etc. etc.

      How about Cheez Whiz for the chiens chauds? Les frites? Come to think of it, the Air Canada Center does sell kosher hot dogs.....

      ReplyDelete
    2. Sadly, some here won't catch the joke here... LOL

      ReplyDelete
    3. Parce que vous appelez ça de l'humour ? Encore un élément qui nous différencie,ce qui vous fait rire,nous rend triste.Hé! Moi mon équipe c'est les puissants canards!Comme dirait le gardien de but des huiliers d'Edmonton,vous ne saississez pas l'essence de nos revendications.

      ReplyDelete
    4. First, La Belle Province chain of restaurants is owned by Greeks (like most restaurants in Quebec) so it wouldn't pass the French-Canadian DNA test.

      As for the rest, you may have already seen this video:
      http://www.youtube.com/watch?v=Z1-XbZL7Lns

      ReplyDelete
    5. Are you crazy? What are you doing?
      They have no sense of humour unless there is some government money involved for a humour festival.
      They will take your ideas for real. They will ask for this to happen.

      And I do find it funny that it's a greek guy that owns "La Belle Province" chain. And, he probably is not a separatists. Or else, he would have called it "La Belle Nation". Oh no, what have I done, I've given them another idea that they can exploit. They'll hold a government inquire on how immigrants who run restaurant chains don't respect Quebec values. This all sounds like a Sienfeld episode. Noooooooo!

      ReplyDelete
    6. Here are some good ideas, the pee soups will love this.

      http://www.youtube.com/watch?v=a2NTwFP7g0M

      ReplyDelete
    7. "And I do find it funny that it's a greek guy that owns "La Belle Province""

      Ce Grec devrait plutôt aller aider son pays d'origine (faillite monumentale) car ils ont vraiment besoin de types comme lui afin de trouver de nouvelles idées d'exploitation.Que diriez-vous d'une poutine grecque avec sauce tsatsiki et feta en crottes,le tout accompagné d'un ouzo lite?

      ReplyDelete
    8. Bravo dartagnan la Grèce précède le Quebec de peut, bref ici ou la Grèce c'est juste une question de temp, mais bravo pour ton habituelle perception tordu des choses. Retourne donc au lac cultiver tes bleuets, et en passant amène ti-Réjean Tremblay avec toi, ça réglerai 2 problèmes en même temp. 90% des problèmes de Montréal vient de l'immigration du lac :)

      ReplyDelete
    9. "Bravo dartagnan la Grèce précède le Quebec de peut(sic)"

      Vous semblez très nerveux mais je vais répondre par ceci : Si le Québec est tant démuni financièrement,c'est que l'aide canadienne est insuffisante et irrégulière.Ils ne reconnaîtront jamais le Québec a sa juste valeur au sein de ce pays.Le jour ou nous partirons,ils saisiront l'ampleur des dégats causés par notre absence.D'ici la,croyez-vous vraiment que c'est notre nation qui doit payer pour le nouveau colisée de Québec?Pour des joueurs anglophones en plus?Le canada a fini de nous exploiter.Comme disent les Chinois:enough is enough et basta amigo!

      ReplyDelete
    10. Hilarious post Mr. Editor!

      Maybe they should stop playing English rock music at the Centre Bell...er, I mean the Centre La Belle Province, and have someone play the spoons instead for the entire game. They could pipe this Quebecois music out onto the streets after playoff games when the Canadiens fans riot, rampage and loot stores.

      ReplyDelete
    11. « Quand nous défendons le français chez nous, ce sont toutes les langues du monde que nous défendons contre l’hégémonie d’une seule. » —Pierre Bourgault

      ReplyDelete
    12. @ Anon. at 5:00 PM:

      You already posted that quote in another thread. No need to keep repeating yourself.

      In Quebec, all other languages need to be defended from the hegemony and tyranny of French.

      ReplyDelete
    13. Another perfect example from the zealots: mere mention that the owner of Belle Prov. is Greek has Dartagnan writing, "Ce Grec devrait plutôt aller aider son pays d'origine."
      In true zealot fashion it would be unfathomable to think that perhaps the chap was born..wait for it...HERE!

      ReplyDelete
    14. "In true zealot fashion it would be unfathomable to think that perhaps the chap was born..wait for it...HERE!"

      Désolé,j'avais oublié que nous étions en Grèce.

      ReplyDelete
    15. "In Quebec, all other languages need to be defended from the hegemony and tyranny of French."

      In THE WORLD, all other languages need to be defended from the hegemony and tyranny of ENGLISH.

      ReplyDelete
    16. @Dartagnan

      You obviously have never traveled much to think this... Yes, English "dominated" as the world's common language but this still doesn't mean much to billions of people worldwide.

      ReplyDelete
    17. See, I had mentioned that they have no sense of humor if no government money is involved in a humor festival, and look how the post deteriorated to prove my point. Good going.

      ReplyDelete
    18. Mississauga Guy said...

      8:50AM: Hence the reason for a federal political party that serves "English" Canada. These bumpkins still bites the federal hand that feeds them. It's like trying to bribe a misbehaved child with a reward so he'll behave. Doesn't work. All it does is encourage the child to act worse because the bad behaviour is rewarded.

      ReplyDelete
    19. [Dartagnan] > "l'aide canadienne est insuffisante et irrégulière.Ils ne reconnaîtront jamais le Québec a sa juste valeur au sein de ce pays.Le jour ou nous partirons,ils saisiront l'ampleur des dégats causés par notre absence."

      Je me demande quelle serait l’ampleur de notre réaction si le jour où nous partions (ou même longtemps après), on apprendrait qu’il y avait des gisements pétroliers dans l'Arctique ou ailleurs au Canada qui ferait le bonheur économique d'un pays qu'on aurait longtemps quitté? N’oublions les turcs musulmans qui ont bloqué Constantinople en 1453, ce qui a mené à la "découverte" européenne d’un tout nouveau continent qui a enrichi plusieurs puissances chrétiennes au détriment de la civilisation ottomane qui est passée de puissance absolue à l’homme malade de l’Europe.

      Le problème c'est qu'on passe trop de temps à faire des revendications chialeuses qui ne font avancer une et une seule cause: celle du nationalisme réfractaire, recroquevillé, et réactionnaire. Une langue et une culture, ça évolue. Et ça évolue à cause de l'évolution de ses détenteurs. Ça côtoie ses voisins et souvent ça en ingurgite et d'autres fois sert de bouffe à d'autres, sans oublier le rapport de force qui gouverne le tout. Les amérindiens ont dû apprendre à vivre avec plusieurs peuples colonisateurs dont nos ancêtres français et britanniques. Nous avons à notre tour appris (pas sans heurts comme on le constate sans avoir à remonter trop loin) à vivre avec les amérindiens. En tant que colonie britannique, on a aussi passé longtemps à demander aux autorités de nous accorder le droit de s'autogouverner en prenant comme base leur modèle parlementaire...

      Inutile de continuer de gaspiller toute cette énergie à "se" défendre jalousement et impuissamment contre les courants mondiaux; c’est la façon la PLUS sûre de faire sombrer un peuple (des gens, une nation, une population). Il y a un "fait anglais" au Québec qu’il ne faut pas nier, mais plutôt mettre à profit ; faudrait-il qu'on apprenne enfin à nager dans cet océan anglophone qui nous entoure. On aura bientôt à apprendre à parler couramment le chinois et l'hindi pour avoir le rôle de partie prenante à leurs économies. Avoir une longueur d'avance chez nous, ça nous ferait du bien. Je m'en fous si la langue maternelle de mon petit-fils soit le mandarin et non pas l'allemand comme ça l'était pour deux de mes arrière grands-parents. On a déjà parlé l’italien à Malte et le russe en Ukraine.

      Le soi-disant gilet de sauvetage qu'a été notre religion et qu'est aujourd'hui notre politique linguistique ne sert en effet qu'à nous encarcaner. Il s'agit d'une camisole de force qui ne sert que de sécurité d'emploi et qu'aux intérêts de certains politiciens qui font carrière de leurs tendances idéologiques. Il est d'autant plus déplorable (et inquiétant) que l’on rencontre partout dans l'histoire québécoise une liste si longue de personnages qui auraient nous faire croire qu’ils étaient nos plus ardents défenseurs, alors que ceux-ci côtoyaient ou étaient en effet au lit avec nos prétendus ennemis. Il suffit non seulement de penser à l’église catholique et à Maurice Duplessis, mais aujourd’hui même à Jacques Parizeau (qui d’ailleurs s’exprime en un anglais britannique quasiment parfait), à Lucien Bouchard (marié à une californienne), et au Bloc Québécois (qui avait pourtant défini son succès par la brièveté de son mandat)


      (...suite)

      ReplyDelete
    20. Il s’agit d’un débat qui est autant superficiel que superflu et dont la forme l'emporte toujours sur le fond et qui carbure à une peur xénophobe. Nos grands penseurs avancent l’idée farfelue que la langue d'affichage ou de l'éducation des nouveaux arrivés est plus importante que de cultiver une population qui a soif de s'intégrer partout et qui est capable de véhiculer ses pensées tantôt en français, tantôt en anglais, et tantôt en d'autres langues. Le moment est venu de voir nos langues officielles comme véhicule d’expressions et rien d’autre.

      On manifeste peu de respect pour le message avec des querelles sur la grosseur du lettrage ou l'assise d'une des deux langues comme véhicule de communication.

      Le Québec est et a toujours été le berceau de l'innovation politique canadienne, parfois malgré lui. L'attachement des anglo-canadiens d'antan à leur empire britannique n'était guère mieux pour la santé de ce pays que notre obsession ultramontaine. Ça rappelle un bal de fin d'année de sixième année ou de secondaire 1 où les gars se mettent d'un bord et les filles de l'autre et personne n'ose s'aventurer sur la piste de danse. (Tiens, c'est peut-être la même psychose qui se manifeste chez nous...)

      Reconnaitre le Québec à sa juste valeur, ça passe certainement par la reconnaissance des particularités des canadiens-français qui forment la partie intégrante de sa population. Mais n'oublions pas que le Québec a lui aussi un rôle majeur à jouer dans la fédération canadienne, et il vaut mieux tôt que tard qu'il se le définisse de par lui-même. Si on se laisse distraire sempiternellement par des niaiseries autoidentitaires axées presqu'exclusivement sur ce qui ressemble effectivement à une crise d'ado, cette impertinence ne fera qu'assurer notre manque de pertinence non seulement sur la scène fédérale, mais internationale aussi. Or, "l'accession à l'indépendance" - devenir un pays séparé, coupé, et disloqué n'équivaudrait qu'à un aveu pénible de notre propre échec à nous intégrer et à nous définir nous-mêmes. C’est l’équivalent de l’enfant pleurnichard qui prend son ballon et s’en va chez lui.

      Ce n'est qu'en voulant percer un gros trou en rejoignant les deux solitudes qu'on pourra réellement se forger un avenir et un pays qui fonctionne. Moins on se côtoie, moins on se connait. Le discours enfantin qui sévit chez nous depuis 1759 doit donner sur une maturité inclusive qui tient compte des réalités auxquelles nous faisons tous face. Il existe certes une angoisse existensielle légitime, surtout en tant que peuple fondateur. Mais il existe aussi des exemples de lieux où même les peuples fondateurs d'une entité politique finissent par être minoritaires dans leur propres empires/pays/nations/lieux (Rome, États-Unis, Dubaï, Vancouver).

      Dommage qu'on semble de moins en moins capable de nous rallier même autour d'un pilier sacro-saint culturel - le hockey montréalais. Cette métaphore tangible, avec son objectif simple et clair jadis nous définissait et à la fois nous reflétait tous pourtant si bien. Avec le temps même notre sainte flanelle a connu sa propre mondialisation, n'en déplaise aux purs et durs. Mais dans cette internationalisation, il faut voir une tendance qui se manifeste un peu partout (équipe française à la coupe mondiale ?!). Se tirailler entre natifs et métèques, au ballon rond comme au hockey comme en politique ne sert plus à rien. Il faut s'unir et marquer des buts.

      Franco, anglo, allo - chacun y trouvait son compte après quelques parties de hockey dans cette grande ville qui malgré elle définissait et qui définit toujours si bien ce pays. Peut-être serait-il temps pour un retour aux sources, question de faire un examen de conscience pour savoir ce qui en bout de ligne compte vraiment, ne serait-ce que pour marquer un but pour nous tous.

      ReplyDelete
    21. "...devenir un pays séparé, coupé, et disloqué n'équivaudrait qu'à un aveu pénible de notre propre échec à nous intégrer et à nous définir nous-mêmes."

      Alors,que fait-on des 190 pays souverains qui constitus ce monde?Croyez-vous vraiment que l'union Européenne est un franc succès?Je n'ai rien contre l'union des forces mais autour de quelle langue et si l'affichage commerciale est une guerre d'ados,comment se fait-il que les anglos n'ont jamais digéré la loi 101 et qu'ils sont prêts a tout pour renverser la vapeur?

      ReplyDelete
    22. On remarque que c'est le même maudit prix en français qu'en anglais, il n'y a pas de grosses économies à faire ici.

      L'argent n'a pas d'odeur ni de couleur il semblerait...

      En passant, c'est bonne nuit, somehow, nuit est féminin en français, allez figurer...

      ReplyDelete
    23. @Dartagnan

      None of the 190 countries you mention is in the same situation as Quebec – outnumbered and surrounded by the sea of the SAME language, i.e dependent on that language to a large extent since it has to do business and commerce with the speakers of that language, while the speakers of that language can easily afford to ignore Quebec.

      Theoretically, there is nothing wrong with Quebec becoming a standalone unit. However, you must remember that it will surely cost you economically and that you’ll never muster more than 51% for this idea – meaning that almost half of the population of some "independent" Quebec will not want to have anything to do with this new entity that just appeared on the international scene (if you think they'll just "get used to it", you're fooling yourself). At this point, support for secession hovers around 30%, and that’s in the polls. When it came to real voting, many of these people would think about their wallets and reverse their decisions. Also, note that Jacques Parizeau in his recent book "L’independence du Quebec" states that an independent Quebec MUST: 1. keep the Canadian currency (he says that a new currency would not last 2 days in today’s shaky markets), and 2. join NAFTA immediately (Quebec couldn’t survive on its own). So even this separatist par excellence admits that Quebec’s “independence” will essentially mean... more dependence. Economic dependence. Except that now, the other provinces will not owe you anything and will be able to turn their backs on you. They will be able to afford it, Quebec will not. Parizeau fails to mention the latter.

      And as you can see from the polls, the idea of fleur-de-lis flying outside the UN is not so appealing to those concerned. The maple leaf will do, as long as they have their houses, cars, 4 week paid vacations, unions, equalization transfer payments, language laws, Francophones wielding power. Yes, the Supreme Court occasionally rains on your parade, but only occasionally. And only in extreme cases, that is, when you try to push your already restrictive and controversial language laws to even larger extremes.

      ReplyDelete
    24. D’abord ces quelque deux cents pays souverains ont tous et chacun des histoires particulières souvent complexes quant à leur formation et il ne convient pas en l’occurrence de rentrer dans les détails historiques de tous et chacun d’eux. L’union européenne connait un chemin rocambolesque non pas en raison des langues différentes qu’on parle sur l’ensemble de son territoire, mais principalement à cause des disparités économiques qui existent entre pays riches et pauvres. Il y a également un jeu de puissance en branle qui a ses origines dans le fait que la plupart des pays souverains auraient de la difficulté à abandonner bon nombre de leurs pouvoirs. Rappelons toutefois que comparer l’union européenne avec notre pays ne revient pas exactement à dire blanc bonnet bonnet blanc…

      L’union des forces est avant tout un acte politique. Comme le fait de vivre en société reflète d’emblée le désir de tous et chacun d’y participer, il serait une erreur de focaliser toute l’attention sur des détails secondaires ou même tertiaires comme la grosseur des caractères et la langue d’affichage. On a d’autres chats à fouetter dans ce pays qui sont beaucoup plus importants que de débattre lequel des deux peuples fondateurs se sent plus révéré. Cela devient très fatiguant pour un mutant montréalais comme moi qui a des repères culturels des deux côtés du boulevard Saint-Laurent d’avoir à « prouver » sa loyauté. Je veux avant tout être capable de me lever le matin et d’avoir le choix de vivre ma ville, ma province, et mon pays comme bon me semble ce jour-là. Je ne veux pas à me batailler avec des suprématistes bornés (qu’ils soient francophobes ou anglophobes) qui essaient de m’aspirer dans leur débat enfantin.

      Les anglos n’ont jamais digéré la loi 101 parce qu’ils l’ont vue d’abord comme un acte législatif dont l’objectif était d’atteindre et restreindre leurs droits et leur pertinence démographique (mission accomplie!). Alors que les francos avaient plusieurs revendications très légitimes qui ont mené à la révolution tranquille, l’idée de s’affirmer n’aurait pas dû passer par l’enfreinte des droits linguistiques de nos concitoyens anglos. Tout comme les graves erreurs commises à l’endroit des communautés francophones dans l’Ouest canadien, cette loi pour les anglos (et d’autres pas tout à fait anglo) représente un recul honteux, malgré ses quelques bons effets.

      Même avec un demi-siècle de recul, on comprend que le sens exact du fameux slogan ‘Maître chez nous’ pouvait et peut avoir plusieurs connotations disparates. Cinquante ans plus tard, le sens exact de cette affirmation demeure élusif. Il suffit de comparer les attitudes différentes de René Lévesque et Camille Laurin au temps de l’avant-projet de la loi 101 pour voir que rien, idéologiquement, n’était coulé dans le béton, même pas dans les rangs du PQ (à l’époque comme aujourd’hui), et encore moins dans le cercle rapproché de son leadership…

      C’est en adoptant une loi limitatrice de droits qu’on a commis une très grave erreur. En tant que législation, la loi 101 s’inscrivait dans la mouvance quasi-révolutionnaire de l’époque. À croire le zèle de certains (je n’étais pas encore là), on se dirigeait tout droit vers un tout nouveau pays flambant neuf où les maudits anglais seraient finalement asservis ou disparus. Le moment était imminent où NOUS occuperions finalement les manoirs de Westmount et du Town-of-Mount-Royal parce que nos deux cents ans d’oppression ont fait qu’on se le méritait. Cerise sur le sundae : enfin, ô orgie suprême, TOUT LE MONDE allait finalement s’exprimer dans NOTRE langue; les vestiges de l’époque coloniale britannique humiliante tomberaient d’un revers de la main.

      Hélas, la réalité en était tout autre. Cela fait une quarantaine d’années qu’on se prépare pour une fête qui n’a jamais eu lieu (ou qui du moins qui a été repoussée). Alors maintenant on grignote collectivement sur les amuse-gueules, en attendant la sonnette, se dit-on…

      (...suite)

      ReplyDelete
    25. C’est NOUS qui vivions et qui vivons notre crise d’ado. Bien qu’on haïssait Trudeau (« maudit centralisateur! »), on votait pour lui et pour Lévesque en même temps. L’idée n’était pas de redresser une défaite qu’on n’a jamais vraiment acceptée, c’était la codification d’un revanchisme revendicateur qui cherchait à faire subir finalement au conquérant le sort qu’il méritait. Référendum 80, Meech, Charlottetown, Référendum 95, la suite a peut être adouci un peu la ferveur révolutionnaire, mais l’échafaudage est toujours bel et bien en place.

      Alors que Toronto est devenue la métropole du Canada et devient la destination choisie par le plus grand nombre d’arrivés, on a succombé à une compulsion et à une petitesse étayées par un patriotisme nationaliste quétaine : ruban-cache sur les génériques « street », « avenue », et « boulevard » du côté anglais des plaques de rues, police de la langue qui se promène avec des rubans à mesurer, l’emploi du mot « québécois » pour désigner une chose qui ailleurs au pays et dans le monde on appellerait « canadien » sans même y penser. Alors qu’autrefois tout ce qui importait au pays se passait à Montréal, on quémande des millions aujourd’hui aux gouvernements municipal, provincial et fédéral pour ensuite célébrer des projets et initiatives « d’envergure » qui nous « mettent sur la carte ». Pénible.

      Regardez à quel point cette manie s’est manifestée dans notre psychique. On craint l’anglicisation de Montréal, alors que ce que revendiqueront le plus souvent les anglos (canadiens-anglais et allophones anglicisés) qui demeurent au Québec, c’est le BILINGUISME et l’INTÉGRATION. Ils sont très peu en nombre ces anglos qui croient qu’on puisse vraiment vivre Montréal en ne parlant que l’anglais (ou que le français). Ces anglos qui ont des repères culturels tantôt new-yorkais, tantôt québécois, et tantôt torontois ne s’en vont pas parce qu’ils savent très bien qu’il y a de quoi être fier chez nous, malgré la cupidité politique de certains.

      Forts de 250 ans d’histoire, il doit y avoir un moyen de bien intégrer tout le monde de façon respectueuse et qui tient compte des revendications historiques de chaque côté. Je préconise personnellement la création d’une über-race de québécois capable de s’exprimer aussi bien en français qu’en anglais et dont la confiance ethnoculturelle fait en sorte qu’ils se sentent enviés par tous ces autres êtres misérables (franco et anglo canadiens unilingues) qui ont manqué le bateau et qui n’ont jamais mis de côté loyauté ou petitesse envers une seule des deux solitudes.

      Come to think of it, maybe my problem is that I just want more of you to be like me.

      ReplyDelete
    26. En arrêtant d'encourager des propriétaires qui méprisent leurs supporteurs qui sont très majoritairement francophones. Personne ne répond intelligemment à la question fort simple: Pourquoi les anglophones qui sont SI ouverts d'esprits selon leurs dires n'acceptent pas le droit à l'autodétermination des Québécois. Pourquoi, ils ne consomment (en apparence ) que leur propre culture ? Pourquoi serait-il normal de se faire casser les oreilles uniquement par de la musique anglophone ? Il y a 193 pays, de la musique diverses, presque autant ! On ne veut pas d'assimilation culturelle, c'est tout !

      ReplyDelete
    27. I agree with you; a lot of English music is sh*t. But a lot of English Canadian artists also claim that it’s difficult for them to make a breakthrough in this country precisely as a result of U.S. material dominating the (English-)Canadian market.
      At the same time, I can’t help but feel that we sometimes overcompensate in this province and praise far too many sh*tty francophone Quebecois artists in the mistaken belief that this is some kind of necessary patriotic act or duty. I’m fed up of this Quebecois exceptionalism just because it makes us feel “special”. We’re not the handicapped kid and it’s time we stopped acting like it. We have a lot to offer the country and the world. In French (it’s the language of our hearts). In English (because it makes economic sense). We even have a million-strong community of English-speakers that we can use to help us reach world markets for anything we need. Instead, we’re carelessly pissing them off and making them feel like they’re the foreigners and not the ugly, virulent, and odious brand of francophone supremacist nationalism that has comparatively recently taken over the minds of poorly informed people in this province. French has a place in Quebec but needs to share, even if only out of pragmatism. Francophone (or Anglophone) supremacy, on the other hand, is an ugly imposter that has no place in our supposedly tolerant province.
      The reason many anglos don’t consume homegrown Quebecois culture is actually pretty simple. Many French-Canadian Quebecers already mentally live in a separate country called Quebec and have been doing so for a long time. Many English-speaking Quebecers, like English-speakers elsewhere on the continent, have grown up with a culture that not only spans the entire continent linguistically, but which predominates around the world politically and economically. You might also rightly argue that they too prefer to mentally live in a separate country called “English Canada” or “America” or “North America”. The fact that they have shared historical, social, and cultural trends and events together facilitates the kindredness that they can often feel even when there a huge difference in political or cultural attitudes separates them (this happens even in America: think of the red state/blue state divide).
      Living in a virtual country is sad on both counts (anglo and franco), but doesn’t need to be the source of ugliness and conflict if we tell ourselves that it merely reflects a PREFERENCE and that there is a world beyond the preferred delusion we’ve chosen as comfort food. This could even have an overall salutary effect on both populations. I can tell you that it’s even better when you get used to crossing Saint Lawrence boulevard, as I stated in French, as I do on a regular basis.
      Now why don’t the anglos just give up watching Family Guy or Jon Stewart or CNN and quit listening to the Eagles? That’s like asking why the maudits anglais don’t just assimilate into francophone Quebecois culture once and for all just as the francophone Quebecois assimilated so well into the Anglosphere (hein?). The nice thing about this conflict it’s easy to move up or down a level of government to see how crazy some things sound once you turn the tables around.
      You need to understand what it means to FEEL and BE part of a culture that dominates the (industrialized) world, or is at least quite iconic in many places where it does not predominate. France had its heyday too, you’ve just missed it by about two centuries or so. But more importantly, you as a francophone need to stop fighting it and inhale it. Note that I say this both sarcastically and very seriously. Quebec is not your exclusive francophone oasis away from English culture. It’s a hotel room you spend the weekend in.

      (1/2)

      ReplyDelete
    28. Too often, Quebec francophones have been taught to fear the prevalence of Anglo-American culture and see it as a great evil whose encroachment must be stopped. This has its origins in the numerous attempts made by the British to assimilate French-Canadians throughout history. Naturally, the French-Canadians resisted heroically but now suffer from a sort of post-traumatic stress disorder whereby they endorse the belief that the only way to fight the creeping assimilation is to put up a mental wall to block out anything that is remotely English. This has done nothing but keep francophone Quebecers captive to the nationalists the way the same rhetoric (slightly rephrased) kept them in the clutches of the Church not too long ago.
      The trouble is that until Chinese and Hindi take over from English as the dominant international language, you’d do best not just to learn to speak English, but to bathe in the culture and come to feel at home in it as well. Stop thinking of it as the enemy. It feels weird at first but it’ll pay off later. You can do both and not feel less Quebecois. I promise. (I did it too and now I can write long-winded blog comments in both official languages. Yay for me!)
      I’m sure the editor will do a piece or two in the next few days on rights to send kids to English public schools in this province or as the Radio-Canadiens have contextualized it, the scourge of “les écoles passerelles”. Let me beat Editor to it and say that the key is not in sending your kid to French or English school. In fact let’s abolish the linguistic school boards and make ALL schools bilingual. Not just basic functional bilingualism, but the kind that allows you to have real conversations in both languages beyond describing your pet dog to a “foreign” cop. In other words, my kind of bilingualism. (I seldom mix up “le” and “la” and most of the time I produce my English “th” properly and my “h” sound in most of the right places too).
      It’s not that anglo culture (whatever that means) is “better” than French or French-Canadian culture - it really isn’t. It’s just that the language has got much better marketing through established geopolitics. That gives it currency in many fields, but not all. Language and culture debate aside, the tables sometimes turn too. Are you more likely to buy a French wine or an American one? Chew on that for a minute and I’m sure you’ll see my point.
      But arguing that Quebecers deserve the right to fight for their (linguistic and cultural) limitations is just something I can’t swallow. I love my province too much to allow it to allow itself to be left behind. Same goes for my country. If that’s not the truest form of patriotism I can practice, then call me a free agent and send me somewhere warm.
      The fact of the matter is that U.S. cultural influence is part of our DNA and is here to stay for a while. Think of all the Quebec remakes of American gameshows, suburbia, country music, interstate/interprovincial road system, truckstops, dinner at 6pm (and not 9pm), the list goes on… Isn’t it time we finally became truly dual cultural citizens and enjoyed the best of both worlds?

      ReplyDelete
    29. Apparatchik said...@August 29, 2010 8:19 PM +
      August 29, 2010 8:20 PM

      Great post - Love to see its major points as
      a letter to the editor in all Quebec daily
      newspapers.

      Have a suggestion on one point:

      " let’s abolish the linguistic school boards
      and make ALL schools bilingual"

      Don't think we need waste the money or (our
      childrens') time. The most bilingual people
      I know in Quebec followed an educational
      "blueprint" similar to this:

      Elementary school - mother tongue
      High school - second language
      Cegep - mother tongue
      Bachelors degree - second language
      Masters degree - mother tongue
      Doctorate - second language

      This leads to not just language fluency, but
      someone who is "at home" in either.

      ReplyDelete
    30. Dartagnan : “Personne ne répond intelligemment à la question fort simple: Pourquoi les anglophones qui sont SI ouverts d'esprits selon leurs dires n'acceptent pas le droit à l'autodétermination des Québécois.”
      Maybe noone will respond to this question "intelligently", because it’s a bogus question to begin with. It’s a question that first of all presupposes Quebec’s lack of control over its own fate (which is a falsehood), and then blames somebody else for anything that is not going Quebec's way (like the failure to interest anyone outside of Quebec in the French language).

      And how do you reconcile the claim that Quebec is denied self-determination with the claims you made just last week:

      "...but merely a PROVINCE...dont les habitants sont reconnus comme étant une nation doublée d'une société distincte au sein du canada.Un Québécois est un individu qui aime le Québec et qui désire s'intégrer a la majorité qui a comme langue commune et officielle : Le Français”

      AND

      “C'est nous qui décidons nos lois et surtout qui nous sommes,pas le gouvernement et certainement pas vous qui demeurez au Québec par dépit et avez encore un statut précaire”

      Either you’re contradicting yourself (again), or maybe I am not grasping (once again) the “subtleties” of your “reasoning”.

      ReplyDelete
    31. “Personne ne répond intelligemment à la question fort simple: Pourquoi les anglophones qui sont SI ouverts d'esprits selon leurs dires n'acceptent pas le droit à l'autodétermination des Québécois.”

      @Adski

      Vous vous embourbez vous-même et la raison en est fort simlpe : Vous confondez les posts.Le post que vous citez ci-haut n'est pas de moi.
      Petites difficultés avec la compréhension du Français?Un peu de concentration Monsieur Adski.

      ReplyDelete
    32. “Pourquoi les anglophones qui sont SI ouverts d'esprits selon leurs dires n'acceptent pas le droit à l'autodétermination des Québécois.””

      Answered above.

      "Le post que vous citez ci-haut n'est pas de moi."

      Why? Because they were under a different nick?

      You’re a resident separatiste/nationaliste on this forum posting under 2 nicknames. Stop clowning around, we all know your game. At least try to refrain from praising Dartagnan as Anonymous and vice versa 10 minutes apart from each other’s posting. That alone gives you away.

      ReplyDelete
    33. "...You’re a resident separatiste/nationaliste on this forum posting under 2 nicknames."

      En plus d'être con,vous êtes parano?Vous ne m'avez toujours pas répondu sur le niveau de précarité de votre statut de réfugié.Avez-vous enfin prêté serment a la vieille anglo avec l'abat-jour sur la tête?

      ReplyDelete
    34. To the Editor:

      A suggestion: remove the 'Anonymous' profile option and require everyone to use a name - it will be easier to track and respond to comments. Names like 'Darfagnan' and 'Mississauga Guy' are anonymous anyways.

      ReplyDelete
    35. "This leads to not just language fluency, but
      someone who is "at home" in either. "

      This is exactly why the nationalists refuse it.

      PS.: Apparatchik, I'm in love with your posts :)

      ReplyDelete